CARENTAN LIBERTY GROUP

forum du Carentan Liberty Group
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le 504th PIR dans la poche d'Anzio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gliderpilot50
Admin


Messages : 11734
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 22

MessageSujet: Le 504th PIR dans la poche d'Anzio   Ven 23 Nov - 17:25

gennaker a écrit:
Retour en Normandie ; je regarde la pluie frapper les carreaux et je pense à ceci...

Le 504PIR est utilisé comme "leg infantry" dans la poche d'Anzio de janvier à fin mars 1944, soit 62 jours au front (la zone de "repos" est à... 1,5 km du front!!)

Récit signé de l'inimitable, inénarrable, indomptable Ross Carter, C/504 :

"...Une journée ordinaire pour un gars de l'infanterie à Anzio se déroulait à peu près comme ceci ; prenons l'exemple de "The Arab" (membre du platoon de Ross Carter, Ross Carter lui même selon certain...)
Avant le lever du jour, il est réveillé dan son trou creusé à flanc de canal par des tirs de mortiers. Ils balancent leurs shrapnels comme des tentacules lancées aveuglément à sa recherche, et qui plongent nez en avant dans la boue environnante comme un gigantesque chient hurlant. Après avoir creusé une douzaine de trous tout autour de "The Arab", le mortier ennemi fait une pause, probablement pour prendre son breakfast, pendant que notre "joker" (surnom donné par Ross à chacun des membres de son platoon ; joker = charlot ndlr) demeure allongé en tremblant jusqu'au jour. Il se lève enfin et se dirige vers la maison pour y chercher un café. En chemin, il essuie trois tirs d'un sniper planqué dans le clocher de l'église à moins de 300 mètres. Il plonge à l'abri de la maison et se prépare une tasse de café, mais avant qu'il ait pu avaler une gorgée, un obus arrache tout un pan de la maison. Il s'en fout et finit son café et retourne à son foxhole. A mi chemin, il est surpris par un bourdonnement de 88 qui tombent en hurlant.
Il a suffisamment de chance de trouver protection dans un fossé qui borde les champs. Les obus tombent de par et d'autre, et l'un deux le recouvre de terre. Avec les genoux qui s'entrechoquent, il roule jusqu'au fond de son trou où il reste terré, fumant cigarette sur cigarette. Dehors, les choses se calment un peu. Il décide d'écrire une lettre à la maison : "Chère Maman, Je vais bien, et je suis plutôt dans une bonne situation si l'on veut... Ne t'inquiète pas pour moi. je vais m'en sortir." Il écrit encore quelques trucs, mais il a dit le plus important. Les détails la tourmenteraient et de toutes façons, l'officier de censure les aurait supprimées. Il grimace à sa promesse de s'en tirer. Jim Smith, qui venait de promettre à sa mère la même chose a reçu un éclat dans les tripes la nuit dernière, et il n'est pas mieux loti que Jim Smith.
Il ramasse son fusil et ses jumelles et part vers un poste d'observation pour jeter un oeil. Il se laisse glisser dans un trou avec un camarade. Alors qu'ils en grillent une en discutant de choses et d'autres, un tank balance un obus de réglage, puis balance une volée réglée pour exploser juste au dessus d'eux (airburst). Les shrapnels pleuvent obliquement le long des berges du canal (Mussolini canal, MLR du 504 à Anzio... ndlr). Des éclats de belle taille rebondissent sur leurs casques, mais sans les blesser.Le tank rajuste sa hausse de 30 mètres et balance une nouvelle volée le long des berges du canal. Les explosions semblent s'éloigner, mais The Arab et l'autre "joker" sont trop malins pour se croire en sécurité. Le tankiste peut choisir de revenir en arière.
En revenant sur ses pas, The Arab se demande pourquoi il a quitté son foxhole. Il décide de faire une petite sieste. En tant que squad leader, il a un téléphone dans son terrier. Ca sonne, et il reconnait la voix de Carey : "Mac (argotique : équivalent à "mon pote" ndlr ) j'aime pas avoir à te dire cela, mais j'ai pensé que tu aimerais le savoir ; Jernigan et Mc Donald ont reçu un coup direct sur leur trou il y a un moment. Sont plus morts que des maquereaux!" The Arab repose le téléphone, sort une clope et souffle doucement la fumée en dehors du trou. Il se souvient le jour où il s'est pris une cuite avec Jernigan à Atlanta, et aussi que Mc Donald est fils unique. Il a rencontré sa mère une fois. Cela va briser le coeur de la pauvre femme. Puis ses pensées s'évanouissent, s'anesthésient, comme du bois. Il pense aux têtes de chou (Kroutheads = les boches), et sans plus se formaliser, se promet de se venger sur la peau de quelqu'un s'il vit suffisamment longtemps pour ça. Pour s'échapper de la réalité du présent, The Arab sort son livre de Homère, et relis l'Illiad, et le passage sur la prise de Troie....
Ross S Carter, "Those Devils in baggy pants"
Revenir en haut Aller en bas
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org
 
Le 504th PIR dans la poche d'Anzio
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le 504th PIR dans la poche d'Anzio
» Pierres Roulées dans une poche
» Peut on mettre ses pierres dans une poche ?
» Une autre bulle par ici... Edit : poche fissurée...
» Le kangourou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CARENTAN LIBERTY GROUP :: AIRBORNE STORIES :: 82 nd Airborne :: 504 PIR-
Sauter vers: