CARENTAN LIBERTY GROUP

forum du Carentan Liberty Group
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 BRUNEVAL Raid 1942 - 2013

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
engiomel



Messages : 559
Date d'inscription : 27/09/2012

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mar 26 Fév - 17:13

respect !
Revenir en haut Aller en bas
TAYLOR



Messages : 2037
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 51
Localisation : NORMANDIE

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mar 26 Fév - 17:17

superbe , j'en ferais pas un dixième , la vidéo de largage est bien faite avec ne camera au niveau de l'aile
merci a vous !

_________________
CAPTAIN.
Revenir en haut Aller en bas
mc los



Messages : 2630
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 48
Localisation : HEUSY, Wallonie, BELGIQUE

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mar 26 Fév - 17:19

TAYLOR a écrit:
superbe , j'en ferais pas un dixième , la vidéo de largage est bien faite avec ne camera au niveau de l'aile
merci a vous !

C'est vrai que les images sont superbes et on ne s'y attendait pas. On ignorait qu'il y avait ces caméras.
C'est le gars du club para qui nous en a fait la surprise.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
mimi



Messages : 2312
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 48
Localisation : la belle ville de Cherbourg

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mar 26 Fév - 18:29

Bravo à vous tous pour l'avoir fait , bisous Mimi
Revenir en haut Aller en bas
Droopy



Messages : 5
Date d'inscription : 29/11/2012

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mar 26 Fév - 20:06

Pas mieux que Ludo, vous êtes de grands malaaaaades!! Twisted Evil
C'était un sacré pari (couillu!) et vous l'avez relevé, toutes mes félicitations!
Pour me retourner l'estomac: vous avez sauté avec combien de vent (moyenne et rafales)? (si c'est pas top secret! Razz )
Sacré Serge...
Revenir en haut Aller en bas
mc los



Messages : 2630
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 48
Localisation : HEUSY, Wallonie, BELGIQUE

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mar 26 Fév - 20:19

Droopy a écrit:
Pas mieux que Ludo, vous êtes de grands malaaaaades!! Twisted Evil
C'était un sacré pari (couillu!) et vous l'avez relevé, toutes mes félicitations!
Pour me retourner l'estomac: vous avez sauté avec combien de vent (moyenne et rafales)? (si c'est pas top secret! Razz )
Sacré Serge...

Disons que ça restait tout à fait raisonnable et que la DZ le permettait (pas d'obstacles majeurs; DZ longue et relativement étroite mais s'étirant pile dans l'axe du vent; sol "accueillant" ).
Tout était dans le largage et on a été super bien largué. Il n'y avait qu'à se laisser aller. Wink
Il n' y a que Baz qui a atterrit un peu limite DZ mais c'est parce qu'il est sorti premier et qu'il est resté quelques secondes de trop dans le vent.
Le MC1-1C est merveilleux Very Happy

_________________


Dernière édition par mc los le Mar 26 Fév - 20:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gennaker



Messages : 1146
Date d'inscription : 26/01/2012

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mar 26 Fév - 20:20

Et les barbelés????

_________________


There's been passages and verses written
On the bravery and courage of men
But nothing will surpass the crossing
Of the AIRBORNE at Nijmegen bridg
es.
Revenir en haut Aller en bas
Droopy



Messages : 5
Date d'inscription : 29/11/2012

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mar 26 Fév - 20:21

mc los a écrit:
Il n'y avait qu'à se laisser aller. Wink
Ben voyons! Remarque une fois que tu t'es fait balancé par dessus bord par Ian, il n'y a plus grand chose à faire c'est vrai Wink
Revenir en haut Aller en bas
mc los



Messages : 2630
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 48
Localisation : HEUSY, Wallonie, BELGIQUE

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mar 26 Fév - 20:25

Gennaker a écrit:
Et les barbelés????

Sur la DZ il n'y en avait pas. Ce n'était que champs labourés.
Côté obstacles c'était vraiment clean Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Gennaker



Messages : 1146
Date d'inscription : 26/01/2012

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mar 26 Fév - 22:30

La compagnie "Bruneval" de la 1st British Airborne, actuellement en Afghanistan, envisage de sauter l'an prochain... ils redoutent les barbelés, car leur DZ doit faire minimum 1,8 km de long...

_________________


There's been passages and verses written
On the bravery and courage of men
But nothing will surpass the crossing
Of the AIRBORNE at Nijmegen bridg
es.
Revenir en haut Aller en bas
Ludoya



Messages : 10
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mer 27 Fév - 10:03

Droopy a écrit:
Pour me retourner l'estomac: vous avez sauté avec combien de vent (moyenne et rafales)? (si c'est pas top secret! Razz )
Sacré Serge...
mc los a écrit:
Disons que ça restait tout à fait raisonnable
Le reportage annonce "un vent établi".

C'est bon, on a compris !
(moi, j'veux même pas savoir...) pale
Revenir en haut Aller en bas
mc los



Messages : 2630
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 48
Localisation : HEUSY, Wallonie, BELGIQUE

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mer 27 Fév - 14:59

La zone définie sur la photo google ne doit pas être loin de la distance nécessaire au largage de masse.
Par contre ce n'est pas très large.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
mc los



Messages : 2630
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 48
Localisation : HEUSY, Wallonie, BELGIQUE

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mer 6 Mar - 14:25

C’est donc pour la deuxième année consécutive que le Pathfinder Parachute Group tente de commémorer ; à sa manière ; le très méconnu raid de Bruneval ( 27-28 Février 1942) par un saut en parachute sur la DZ historique de LA POTERIE - Cap d’ANTIFER.
Cette année fut la bonne, non sans forcer un peu la nature ! Very Happy

D’abord un petit mot sur le contexte historique de cet évènement; raison principale et fondement même de l’initiative.

Je vais me limiter à un résumé assez grossier du raid; de son histoire et de ses conséquences; qui ne sera forcément qu’un très mauvais résumé de l’excellent livre d’Alain MILLET et de Nicolas BUCOURT, ouvrage qui constitue ma source essentielle.





En 1942 l’occupant Allemand est installé en force sur tous les territoires bordant la manche et la mer du nord (France, Belgique, Pays-Bas, Norvège)

L’Angleterre; toujours debout et encore isolée face aux forces de l’axe à cette époque; après avoir gagné la bataille d’Angleterre et tenu en échec les escadres Allemandes, porte maintenant la menace aérienne sur les territoires occupés.
Cela se traduit essentiellement par des raids aériens stratégiques +- ciblés et du harcèlement aérien de « maraudeurs » à la recherche de cibles « intéressantes » ou « opportunes ».

Côté allemand la défense s’organise et le repérage radar y joue évidemment un rôle déterminant dans une guerre qui est encore exclusivement aérienne.
La Luftwaffe dispose pour cela de personnel et de matériel performant et hautement qualifié répartis sur tout le front de mer entre l’Espagne et le nord de la Norvège.
Nombres de formations de bombardiers sont repérées et interceptées bien avant qu’elles puissent frapper le territoire occupé.
Le haut commandement Britannique sait l’expertise Allemande en repérage élèctromagnétique mais ignore les détails des avancées technologiques, si préjudiciables à la RAF.

Une autres forme de guerre; plus secrète celle-ci; est menée sur le territoire Français par le SOE, le BCRA et une résistance qui n’en est encore qu’à ses débuts.
Ces différentes missions amènent leur lot de renseignements, mais cela reste insuffisant.

Une photo aérienne d’une qualité exceptionnelle, conjuguée aux renseignements précieux de résistants locaux, va alors précipiter les services secrets Britanniques dans une réflexion qui va traverser un certain nombre de péripéties pour finalement donner naissance à un projet concret d’action commando.



Cette photo prise le 05 décembre 1941 par un spitfire de reconnaissance (piloté par le Squadron Leader Anthnoy HILL, D.S.O, D.F.C) au dessus de la côte d’albâtre à La POTERIE; à proximité du bourg de BRUNEVAL, entre ETRETAT et LE HAVRE; révèle la présence d’un « grand radiateur électrique » dressée en bordure de falaise, à proximité d’une villa côtière, qui sera bientôt connue sous le nom de « villa GUOSSET ».
Ce radiateur géant de 3 m de diamètre n’est autre qu’un radar de type WÜRZBURG, dernière génération des systèmes de localisation électromagnétique de la Luftwaffe.

C’est donc sur fond de guerre technologique que se dessine ce qui va devenir le « raid de BRUNEVAL »

Parallèlement à cette guerre de scientifiques et de techniciens, la Grande-Bretagne reconstitue son armée après la débâcle de juin 1940..
Parmi ces nouveaux contingents est née ce qui deviendra « l’Airborne ».
Forts de ce qu’ils ont pu observer en Crête, l’arme parachutiste va naître sur le modèle des Falschirmjaeger; ce qui est très perceptible dans l’aspect vestimentaire des premiers red devils.
Des Bataillons d’infanterie traditionnels vont être amenés à devenir des bataillons du futur Parachute Regiment, sur base volontaire.
Les volontaires pour la dure instruction parachutiste vont rester au sein de leur bataillon qui garderont d’ailleurs leur nom d’origine, les autres seront reversés dans une nouvelle unité traditionnelle.
En général 80 % du personnel se porte volontaire, mais seul un tiers de l’effectif termine avec succès la formation complète.


Parmis ces « tête brûlées » les écossais du 2nd Bn, 1st Parachute Brigade.
Ces solides highlanders proviennent des meilleurs Régiment Ecossais ( Black Watch ; Seafort Highlanders ;King’s own Scottish borderers, London Scottish ; Queen’s Own Cameron Highlanders...etc)
En ce début de l’année 1942 ils arborent toujours fièrement leurs Glengarry et Tam O’shanter et les insignes et tartans de leurs unités d’origine, bien qu’ils soient maintenant tous qualifiés « Airborne ».
Le célèbre Red beret et les attributs « airborne » sont pour bientôt.

Ils sont équipés d’un matériel de pointe pour l’époque.
Un casque spécial « P Type » P pour « parachute » est fabriqués pour eux.
Il ressemble au futur MK I et MK II avec en plus un « bec de canard » en caoutchouc à l’arrière (destiné à écarter les suspentes et élévateurs du parachute type X du cous du parachutiste au moment de l’ouverture ?). Il disparaîtra peu après le raid.
Ils sont dotés d’une chemise en toile forte « jackets parachutists » brunâtre, clairement copiée sur le modèle de la « bluse » des falschirmjaeger.
Cette chemise se porte au-dessus du BD et se ferme par un fermeture éclair sur le torse et des pressions à l’entre-jambe, lui donnant l’aspect d’une sorte de « grenouillère de combat ».
L’armement est déjà celui qu’on retrouvera tout au long de l’épopée de la British Airborne, le Sten gun MKII, le lee enfiled MKIII ( avec le premier modèle de baïonnette longue pattern 1907) ; le formidable Bren gun mais aussi le fusil antichar Boys.

Le chef ; tout aussi écossais ; de cette bandes de durs à cuire est le Major John FROST, qui ne quittera plus ce bataillon jusqu’à sa capture au pont d’Arnhem en septembre 1944.
Ils ne le savent pas encore, mais les hommes de la C Coy (et quelques éléments des A et B Coy ainsi que des Royal Engeneers) vont être les héros de la première action de combat sur le territoire ennemi.

C’est dans le plus grand secret qu’est élaboré le plan de la première opération combinée (air, mer, terre) chapeautée par Lord MOUNTBATTEN.
L’oppération est baptisée « BITING » (morsure); la bien nommée; puisqu’elle va en effet constituer la première réelle morsure dans la défense Allemande.

L’objectif:
se saisir d’éléments essentiels du radar WÜRZBURG de LA POTERIE et détruire le reste en faisant croire que là était le réel objectif de la mission.
Le plan:
Une compagnie (+- 120 hommes) de parachutistes va être larguée de nuit sur une DZ à 700 m à l’Est du site radar, entre la falaise et le bourg de la POTERIE.
Après regroupement les différents groupes d’action vont exécuter la mission qui leur est assignée.
Chaque groupe porte le nom de code d’un grand amiral de la navy (NELSON, JELLICOE, DRAKE, HARDY, RODNEY) et aura sa mission propre.
NELSON a pour mission la couverture du la vallée de BRUNEVAL et la neutralisation des fortifications côtières de la plage d’extraction. (Redoubt, Guard room, Beach fort)
DRAKE sera chargé de mener des diversions au nord du site et notamment sur la garnison de la ferme GOSSET (Rectangle).
HARDY (le groupe de Frost) sera chargé de neutraliser la garnison de la villa GOSSET (Lone House)
JELLICOE sera chargé de la capture du radar.
Enfin RODNEY constitue la réserve et est chargé de couvrir toute tentative d’attaque venant de la ferme GOSSET.

Le largage se fera depuis 12 bombardiers WITHLEY du 51st Sqd adaptés aux largages de parachutistes.

Une armada navale composées de bâtiments de la Royal Navy et de chasseurs de sous-marins de la FNFL, aura pour mission de couvrir et d’escorter les péniches L.S.C. et A.L.C. chargés évacuer les raiders par mer, depuis la plage de BRUNEVAL.
Des Marines Commandos embarqués sur ces péniches, doivent aider à sécuriser l’opération d’évacuation en couvrant la côte depuis les bâtiments et ; au besoin ; en débarquant sur la plage pour la saisir de force si cela n’avait été fait par les paras.

L’opération ne doit durer que quelques heures et repose sur la surprise et l’efficacité.

Bien entendu, malgré une préparation minutieuse d’une extrême précision, le bon déroulement de ce plan sera perturbé par des imprévus.
Et c’est exactement là que l’esprit d’initiative et le mental à toute épreuve de ses hommes d’exception va faire toute la différence.

Parallèlement à l’opération, un nombre impressionnant d’actions de diversion (bombardements aériens) sera mené sur toute la côte Française.

Vous l’aurez compris, les dates possibles pour l’opération ne sont pas nombreuses en ce début janvier 1942 puisqu’elles doivent réunir des conditions de saut acceptables ainsi qu’une lune et une marée favorable.
La marée imposant un timing strict et serré pour la récupération.

C’est sans le savoir que la C Coy du 2 PARA Bn s’entraîne sans relâche dans la morne plaine de SALISBURY, pour un raid dont ils seront les acteurs de première ligne.
Un site semblable à celui de BRUNEVAL est même trouvé en Angleterre.
Ce n’est que quelques jours avant le raid que les paras sont informés de leur mission future et qu’ils commencent à travailler sur une maquette précise, établie sur base de renseignements; de photos aériennes et de cartes postales touristiques.
Ils découvrent le site de leur raid en 3 dimensions.
Chaque point stratégiques du site est codé:
Targuet (radar) = Henri
Garnison de la ferme GUOSSET= rectangle (en raison de la forme de la propriété)
Garnison de la villa GUOSSET = lone house (maison isolée)
Fortification sur le sommet de colline d’Amont = redoubt
Villa fortifiée de la plage de BRUNEVAL, villa Stella Maris = guard room
Réseau fortifié de la colline d’aval = beach fort



Des techniciens radar de la RAF, brevetés parachutistes pour l’occasion, seront adjoints aux formations de combat pour procéder au démontage des éléments du radar Allemand.
Parmi eux le Sgt COX, qui procèdera à cette action sous le feu ennemi.

La date arrêtée est le 27/02/1942.

La nuit est calme et lumineuse, le vent est quasi nul, le sol est recouvert d’une fine pellicule de neige, il fait froid.

Les formations remontent la côte vers le nord en larguant leur cargaison humaine.
La flak viendra rapidement jouer les trouble fête, mais heureusement sans causer de pertes.
Flak et désorientation seront à l’origine de mauvais largages de quelques sticks, à plus de 3 km au sud la DZ.
Pour une action « coup de poing » qui se veut rapide et précise, une telle distance est évidemment catastrophique.
Ces sticks, menés par des hommes de qualités (Lt CHARTERIS; Sgt LUMB; Sgt REID et Sgt GRIEVE entre autres), réagiront en vrais Commandos, en s’adaptant rapidement à la situation.
Ils joueront un rôle déterminant dans la phase finale du raid.

Au sol, les groupes s’organisent rapidement, comme à l’entraînement.
Ils reconnaissent immédiatement la maquette en grandeur nature. Tout s’y trouve comme prévu.

FROST constate qu’il lui manque des effectifs destinés à neutraliser la plage ( groupe d’assaut NELSON).
Il poursuit imperturbablement la mission prévue en ré-articulant ses forces, laissant à plus tard ce problème.

La garnison du radar est attaquée par le groupe de Frost (HARDY).
Deux allemands sont tués et deux faits prisonniers (ils seront ramenés en Angleterre et plus tard emprisonnoés au canada).

Les allemands ; totalement surpris ; réagissent mollement, mais la riposte ne tarde pas à venir depuis « rectangle »
Le premier parachutiste Britannique tombe en territoire ennemi, le Pvt Mc INTYRE.
On compte aussi bientôt les premiers blessés, notamment parmi les égarés.

La nuit empêche les Allemands d’identifier clairement l’ennemi, ce qui les rend hésitants à ouvrir le feu sur les silhouettes qui se profilent sous la lune.
Toutefois, un tir nourrit se déclenche rapidement sur le radar ou s’affaire maintenant le groupe d’assaut et son technicien, le Sgt COX.
DRAKE, placé en écran défensif face au nord, coupe court à une tentative de contre-attaque venant de cette direction.

La coordination quasi inexistante entre Luftwaffe et Wehrmacht retarde et paralyse heureusement la réaction Allemande.
Un fort contingent d’infanterie était pourtant disponible à courte distance du lieu d’intervention.
Seules quelques actions menées d’initiative, comme celle du Lt HUHN, opposeront une résistance sensibles aux raiders.

La neutralisation de Beach Fort et de guard room sera finalement opérée de manière totalement différente que celle prévue par le plan initial, puisque le site sera attaqué de trois côtés « grâce » aux « misdropped » qui ; sans concertation préalable ni liaison radio et en bon Commando ; vont exécuter leur mission depuis l’endroit ou ils se trouvent.

Mission accomplie, le groupe d’assaut détruit le radar et rejoint la plage avec son précieux butin.

L’opposition allemande commence à se faire sentir, notamment sur beach fort.
La réaction de cette petite garnison coûtera encore un blessé grave ; le Sgt Maj STRACHAN; touché de 4 balles à l’estomac sur le site de « redoubt », alors qu’il entame la descente vers la plage.

Les péniches ne sont pas au rendez-vous, retardées par le passage imprévu d’un convoi allemand au large.
Les conditions de marrées deviennent de plus en plus difficiles dans cette crique déjà délicate et au moment du réembarquement les mariniers font preuve d’un savoir faire et d’une audace incroyable pour ramener tout le monde sur la « grande île de Churchill ».
Une péniche en panne sera même réparée pendant l’action en un temps record.

Le Sgt Maj STRACHAN; sous morphine depuis sa vilaine blessure reçue quelques temps avant; voyant que certains jeunes paras commencent à paniquer au vu du chaos général régnant sur la plage; réagit en bon Sgt Major.
Il descend de la péniche ou il avait été embarqué pour aider des paras valides à embarquer, et va même jusqu'à pousser la péniche, sur le point de s’échouer, dans une eau glacée jusqu'à la taille.

5 paras égarés n’ont pu rejoindre le point d’embarquement à temps et seront fait prisonniers dans des délais relativement courts, après de nombreuses péripéties pour certains.
Ils seront bien traités.

Un autre para égaré sur la colline aval, le Pvt Alan Worton SCOTT mourra stupidement en chutant de la falaise de 70 mètres sur les galets de la plage, en aval de Guard room.
Il sera découvert agonisant au petit matin par une patrouille allemande qui fera également les 3 premiers prisonniers réfugiés dans une grotte à proximité.

La mission sera un succès total.
Les retombées technologiques seront importantes puisqu’elles permettront aux forces alliées de développer; entre autres; des contre mesures aux radars Allemands, mais aussi ses propres techniques radar.

L’effet pervers sera une prise de conscience par le haut commandement Allemand de la vulnérabilité de la côte; et du territoire occupé en général ; et donc le renforcement progressif des défenses côtières et une meilleurs articulation des forces avec une interaction plus étroite entre Luftwaffe et Infanterie.
Ce qui n’était qu’ébauche de tranchées et abris en rondins, va devenir petit à petit le mur de l’Atlantique que devront affronter les héros du 06 Juin.

L’audace et l’efficacité de l’action va forger la réputation, à vie, des paras Britanniques, auxquels le Comte VON DER HEITE ;commandant des parachutistes Allemands; voue depuis ce jour une admiration et un respect total.
Il sera d’ailleurs dépêché sur place pour enquêter sur ce raid en qualité d’expert.

Autres effets immédiats de ce raid : l’acceptation et le développement du principe des « combined operations » , et bien entendu, le développement à grande échelle des Divisions Airborne et de l’arme parachutiste, dont les derniers sceptiques ne peuvent désormais plus nier l’efficacité ni la raison d’être.

Pour CHURCHILL le message de « BITING » est clair: « nous pouvons vous mordre ou et quand nous le voulons; et nous reviendrons ! »
Assurément, le commandement Allemand à reçu le message fort et clair.

De ce raid il ne reste plus qu’un vétéran en vie, le marinier Ken HOLDEN, qui a couvert du feu de ses mitrailleuses embarquées l’évacuation des paras.

Si les 120 parachutistes ont étés les acteurs de première ligne de ce raid, il ne faut pas perdre de vue que près de 2000 hommes et femmes ont été, de près ou de loin, impliqués dans cette opération.
Parmi eux les résistants de la première heure du réseau "Confrérie Notre Dame" et "Alliance" avec à sa tête de Colonel REMY.

Tous ces parachutistes du 2nd PARA Bn s’illustrerons ; au sein de cette unité ou d’autres de l’Airborne ; au cours de combats avenirs (Italie, Afrique du Nord, Normandie, Hollande, Belgique, Allemagne).
Certains donneront leur vie dès la fin de cette année 1942 en Afrique du Nord.

En visitant les lieux, et à fortiori, en exécutant ce saut, nous avons pu prendre toute la mesure de l’audace mais aussi de la perfection de ce raid.

Voilà pour l’histoire, maintenant place au résumé et photos / vidéos de notre très modeste « opération Biting »

_________________


Dernière édition par mc los le Ven 8 Mar - 18:50, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gennaker



Messages : 1146
Date d'inscription : 26/01/2012

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mer 6 Mar - 16:30

Bravo Serge!!

_________________


There's been passages and verses written
On the bravery and courage of men
But nothing will surpass the crossing
Of the AIRBORNE at Nijmegen bridg
es.
Revenir en haut Aller en bas
mc los



Messages : 2630
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 48
Localisation : HEUSY, Wallonie, BELGIQUE

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mer 6 Mar - 19:06

C’est finalement après nombre d’ordre et de contre-ordres que le saut sur Bruneval est finalement confirmé, au tout début de ce mois de février, à peine 3 semaines avant l’échéance.

Le gros des troupes vient d’Angleterre et arrive dès le vendredi 22 Février 1200 hrs au camp de base ; établis pour l’occasion au paraclub « Abeille parachutisme » de l’Aéroport du HAVRE OCTEVILLE.
C’est cette très sympathique équipe du centre de parachutisme local qui va nous fournir avion, locaux et assistance tout au long de ce WE, sous la direction de Serge.

L’avion sera un Cesna C208.
Bien que légèrement plus court, il est très similaire au type d’avion que nous utilisons habituellement pour nos sauts d’entraînement.

La plupart des gars logent à la dure dans les locaux et hangard du centre ; d’autres comme Donut et moi ; avons opté pour un gîte à proximité.
Pour nous ce sera le manoir de GUETTEVILLE à Saint-Jouin-Bruneval.
Chambre d’hôte que je ne peux que vous conseiller si vous passez par là un jour (petite pub au passage…)

A peine les sacs posés que le marathon ; commun à ces WE de commémorations ; commence.
Nous avons rendez-vous au QG du HAVRE avant de nous rendre à une conférence sur le raid, organisée par l’association « Bruneval 42 » et dont l’un des narrateurs n’est autre que Mr Alain MILLET, auteur du livre qui m’a tenu en haleine pendant ces dernières semaines.

Comme cela nous a été demandé nous revêtons l’uniforme d’époque (1944 en réalité...) pour l’occasion.

La conférence à pour fil rouge, cette année, une dizaine de portraits d’acteurs clé de ce raid.

Ce sera pour moi aussi l’occasion de revoir Nicolas BUCOURT, co-auteur du livre d’Alain MILLET, et bien entendu de faire dédicacer mon bouquin.

Si personnellement j’ai passé un excellent moment, il n’en est pas de même pour mes amis Anglais qui n’ont pas compris un traître mot de ces deux heures d’exposé.
Aaaaah la barrière de la langue !

Après la conférence, pas le temps de souffler, les estomacs crient famine et nous sommes pris en charge par les amis d’Abeille, direction un très sympatique resto Chinois de la périphérie du HAVRE.
A l’issue du repas nous faisons un premier point sur les perspectives du saut programmé le lendemain.
Le matériel est fin prêt et l’administration vérifiée.
La météo: un ciel nuageux par intermittence mais avec un plafond haut.
Le paramètre cette fois, qui risque de tout faire rater encore une fois, c’est le vent !
Il est annoncé « assez fort à fort ».
On sait tous que c’est un saut d’hivers, mais après deux échecs de suite (Bruneval 2012 et Bure 2013) nous sommes vraiment au taquet.
On reste positif et on croise les doigts, en bord de mer le temps peut changer très vite.

Je fais le point avec l’équipe de FR3 que Denis a mis sur notre route (merci Wink )
Rendez-vous est fixé samedi à 1000 hrs au hangard, comme prévu.
Le saut est programmé pour 1130 hrs.

Notre chambre est juste sous le toit du manoir et je peux entendre ce maudit vent qui ne faiblit pas de la nuit.

Samedi matin :

Il fait froid et cette sensation est accentuée par un vent piquant et fort.
Le ciel est magnifiquement bleu…et le vent semble avoir faibli un rien.
Nous sommes optimistes et l’ambiance est au zenith.

On vérifie une dernière fois le matériel et chacun inspecte le parachute qui lui est attribué.





Un groupe de parachutistes militaires Français nous rejoint pour l’occasion.
Ce sont tous des paras confirmés de la région Caennaise mais une remise à niveau rapide et une adaptation à l’avion et au parachute (américain) est nécessaire.
Etant le seul francophone de la bande, cette tâche m’est assignée.




Après essayage et réglage des parachutes de chacun je revois avec eux les diverses procédures.










Ils connaissent et savent de quoi on parle, la tâche est donc assez simple et une demi-heure suffira à mettre tout le monde en confiance.

1030 Hrs : on commence à s’équiper.
Le ciel est magnifique et il est clair que, contrairement à l’année dernière, ce n’est pas le brouillard qui viendra jouer les troubles fête.
On y croit, et l’équipe de sécurité DZ, dont Donut, prend la route de La POTERIE.
Contrairement aux Anglais arrivés très tôt le vendredi, je n’ai pas pu reconnaître la DZ et j’étudie donc attentivement la vue aérienne à notre disposition. (...tient tient, je connais cette photo Very Happy )



Soudain le téléphone de notre largueur habituel ; Ian MARSHALL ; sonne.
Sa moue se passe d’explications, les nouvelles de la DZ sont mauvaises.
Le vent a en effet forci depuis 1030 hrs.
La chaussette (indicateur de vent en forme de cône) de l’aéroport est à l’horizontale.
Pas besoin d’être expert pour savoir qu’il est hors de question de larguer des parachutistes par un tel vent .
Hors, sur la DZ ; plus exposée encore ; le vent est vraiment trop fort .
Il souffle à 20 nœuds avec des pics à 22 et 26 nœuds. affraid
Nous sommes bien au-delàs des limites de sécurité et même des limites acceptables.
Le saut est suspendu ; on se déséquipe. Evil or Very Mad

Il faut expliquer à la presse les raisons de cette attente et des choses qui doivent parfois leur paraître assez abstraites.



On fera un point météo vers 1500 hrs.
Un front nuageux chargé de précipitations (neige) arrive de la mer et il y a changement de marée.
Le vent pourrait faiblir un peu, juste avant l’arrivée de la neige.
Si cette option se concrétise, nous aurons tout au plus 1 heure pour effectuer les 3 rotations.
Maigre espoir, mais espoir quand-même.

Commence alors une longue attente à tourner en rond ; à revoir les procédures avec nos amis Français ; à prendre un peu de repos et…a scruter la « chaussette » qui est encore et toujours en érection.

Démonstration, pour nos amis Français, des procédures de sortie du Cesna,... avec les moyens du bord...



On perd espoir et je commence à me faire à l’idée d’un nouvel échec.
Je me remonte le moral en me disant que j’aurai le temps de visiter le site du raid avec Donut en toute décontraction.

.... la suite bientôt.

_________________


Dernière édition par mc los le Ven 8 Mar - 18:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
mc los



Messages : 2630
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 48
Localisation : HEUSY, Wallonie, BELGIQUE

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mer 6 Mar - 21:34

1500 Hrs :
l’équipe de presse revient, et ne se fait aucune illusion devant nos mines déconfites .
Il n’y aura rien à dire au journal !
Pourtant l’équipe « DZ » prend la route car l’horizon est violet, chargé de neige comme prévu.
Le vent à l’aéroport semble faiblir très légèrement.

1530 hrs :

Ian lance le branle bas à la surprise générale.
Tout le monde est réunit.
Le vent reste fort mais acceptable avec de rares pointes au-delàs de nos limites.
La DZ est grande et l’axe de largage sera dans sa longueur, ce qui est favorable, car nous allons arriver très vite (40 km/h au sol).
L’atterrissage sera rude et nous seront « draggé » avec certitude, mais la DZ ne présente pas d’obstacles majeurs.
Il n’y a pas de débutant parmi nous et tous acceptent ces conditions un peu particulières.
Nous connaissons parfaitement les procédures d’atterrissage dans ces conditions et nous sommes confiants.
La qualité du largage sera primordiale, et de ce côté-là nous n’avons aucun soucis à nous faire avec notre jumpmaster.

Très vite on s’équipe et deux premiers sticks formés des parachutistes les plus expérimentés embarquent pour une première rotation.







Notre Jumpmaster nous mène à l'avion



Nous embarquons, un peu plus concentrés encore qu’à l’accoutumée.



Le vol est rapide, à peine 5’ minutes nous séparent de la DZ.
L’avion est bien ballotté par les rafales et le paysage de bord de mer sur fond de ciel d’apocalypse est superbe.
L’avion est en approche et la porte s’ouvre.
Je suis n°2 du premier stick et j’ai donc vue sur le paysage à gauche de l’avion.
Immédiatement je reconnais les formes caractéristiques vue sur les photos de mon bouquin.
La valleuse de Bruneval ; le site du radar avec la ferme GOSSET ; le bord gauche de la DZ dont les routes et chemins qui la traversent sont ceux de 1942 et puis….la falaise et la manche qui écume, secouée par le vent.

1630 Hrs : P time !

Après 3 tours pour évaluer la direction du vent et choisir l’axe de largage, l’avion s’aligne pour la répétition générale.
Ian nous donne une dernière fois les recommandations d’usage.
Plus rien ne peut nous arrêter, je n’arrive pas y croire.
On va faire ce saut, si particulier à nos yeux, et auquel personne ne croyait plus.

Tout va très vite maintenant, « n°1 in the door », « Go » et je me rue vers la porte, « GO » et me voilà plongé dans le bruit assourdissant de la chute libre.



Un claquement sec et un choc un peu plus violent que d’habitude, mon parachute est ouvert, tout va bien jusque là.
Je rêve les yeux ouverts, le site que j’ai tant étudié sur carte est là, sous mes pieds.
Nous avons été largué exactement dans le même axe que les Withley du 51st Sqd le 27-02-1942.



Mais pas le temps de rêver, le sol arrive vite et la dérive est impressionnante.
Je me mets face au vent pour réduire au maximum ma vitesse de dérive tout en corrigeant un peu.
Quelques grains de neige gelée me cinglent le visage et m’empêchent par moment
d’ouvrir les yeux.
Je dérive bien et le terrain est dégagé pour moi. Tout va bien.



Je vois Roy, le n°1, qui vient de se poser à ma droite ; sa voilure reste gonflée et il est draggé sur des dizaines de mètres.
Je sais à quoi m’attendre.
Dans les 30 derniers mètres je prends conscience de ma vitesse et je me met déjà en position pour la PLF. Je crains un sol durci par le gel.
Je touche le sol rudement, mais heureusement le sol n’est pas gelé.
Je fais ma PLF et je tente de me rétablir, mais c’est impossible.
Je regarde ma voilure et elle est totalement gonflée par le vent ; elle ne touche même pas le sol.
Je n’hésites pas, je dégrafe. Instantanément le rodéo s’arrête.







Le temps de me déséquiper et les coroles du second stick foncent déjà dans le ciel.
Le vent déjà fort au sol, semble s'accroître par moment.
Au fur et à mesure des atterrissages nous restons sur la DZ pour aider les collègues dont nous tentons d’écraser les voilures dès qu’ils ont touché terre.

Quand la fumée rase le sol comme ça, c'est que le vent n'est "paaaaaaaaaaaaaaas bien"









Certains ont eu des atterissages très durs.. affraid ici Baz COX qui atterrit pile au point de RV historique.



Chacun laisse son petit sillon dans les champs. Voici celui; très joli; de Ian CURRAH (Photo FB Ian CURRAH)



Les fermiers du coin ont demandé à ce qu'on revienne l'année prochaine pour terminer de labourer.

Donut met la main à la pâte et s’occupe d’un parachutiste en perdition.
Elle a très vite compris ou était le danger et ce qu’il fallait faire.

la voici ... si si dans la doudoune c'est Donut Laughing







Pour la remercier Paddy lui offre une paire de panty. Aaaaaaaah ces Britishs Shocked



La première rotation de deux stick s’est passée sans problème.

Quelques photos intérieures (Johan PUPIN Abeille partachutisme) au largage du 3ème stick





Notre très jeune mais néanmoins excellent pilote. (je ne sais pas ce qu'il vaut à l’atterrissage Laughing )



Nous voilà tous réuni au point de RV (qui se trouve à 300m du point de RV de l’époque)





Le bonheur se lit sur tous les visages rougis par le vent glacial.
Je réalise ce qui vient de se passer, je suis comme un gosse devant un sapin de Noël.
Autour de moi, les proportions de se site du raid ; les distances que je peux évaluer ; me permettent maintenant de réaliser pleinement les détails de cette opération.
J’ai le temps de me plonger un instant dans cette ambiance du 28-02-1942.
Je peux presque imaginer la nuit avec ce plafond nuageux de plus en plus dense.
Je vois et j’évalue la distance qui séparait les "misdropped" de leur objectif depuis la colline d’aval, là-bas dans le sud lointain.



Les deux autres rotations s’enchaînent à un rythme soutenu.
A part quelques blessures légères tout s’est bien passé et personne n’a de regret d’avoir un peu « forcé la nature ».

Pour Steve l'atterrissage était rude; comme pour tout le monde; mais surtout le casque mal ajusté.



FR3 est là avec de belles images dans leur musette. Eux non plus n'y croyaient plus.



Après une rapide photo de groupe de tous les sticks nous sommes récupérés et attendus à la Mairie pour un pot de l’amitié avec le Maire de La POTERIE qui nous honore de son tampon communal dans notre carnet de saut.



L'occasion aussi pour tout le monde de signer le drapeau souvenir qui finira dans un cadre, j'en suis sûr.



1930 Hrs :

direction l’Aéroport pour un rapide changement de vêtements et puis direction LE HAVRE ou un membre Français de notre association nous a réservé un superbe resto, « la PAILLETTE » (petit coup de pub encore, je vous le conseilles, et le personnel est super sympa !!!! )
Le repas est excellent et l’ambiance est formidable car nous avons tous le cœur léger de l’objectif atteint et on peut se lâcher totalement sans pression, vu qu’on ne saute pas le lendemain.
Nous passons tous une superbe soirée et rejoignons nos lits, fourbus, vers 0200 hrs.











Quand je vous dis qu'ils savent reçevoir à "la Paillette".
Dans les toilettes des hommes il y a non seulement les traditionnels urinoirs; mais aussi un "vomissoir" avec poignées en inox pour les grosses bitures... ou les indigestions (?) Laughing



Dimanche 24 février, 1000 Hrs.

Il neige.
Tout le monde à rendez-vous au monument de Bruneval pour une cérémonie de commémoration.
Il y a affluence et l’endroit n’est pas d’accès aisé.



Le froid est piquant et le vent à encore forci.
Heureusement que nous avons sauté la veille. Aucune chance de sauter le dimanche.
Non seulement le vent est plus fort mais le plafond est plus bas.

Encore une fois je peux me rendre compte de la réalité d’un terrain que je n’ai vu que sur carte et photo et notamment du relief côtier impressionnant.
Je vois la falaise d’aval d’où a chuté le malheureux Pvt Alan Worton SCOTT.



Je vois Redoubt sur le sommet amont, ou le Sgt Maj STRACHAN fut blessé et le chemin difficile qu’il a du parcourir avec 4 balles dans le ventre.

Le sommet de la coline d'amont avec le fortin baptisé "redoubt"
Le radar se trouvait en arrière, sur le plateau à +- 300 m






Redoubt



Plaque du monument et plaque portant les noms des 120 "raiders





Photo de groupe avec les Maires de La Poterie et de Bruneval.





Ian MARSHALL en profite pour se faire tirer le portrait en compagnie de son fils Callum avec le chef de corps du 2nd PARA.
Ian a servi plusieurs années à la C Coy 2nd PARA avant de passer 13 ans chez les pathfinders (les vrais Very Happy )
Callum est déjà cadet et compte rejoindre au plus vite le Parachute Regiment. La pomme ne tombe jamais bien loin de l'arbre...
Le 2nd PARA est actuellement en mission en Aghanistan.
J'en profite pour avoir une petite pensées pour ces dignes successeurs des héros de Bruneval et de tous nos soldats engagé dans le monde pour protéger notre liberté vieille de 69 ans.



La cérémonie est courte et personne n’a envie de flâner sur place, la météo n’est pas à la balade.
L’occasion d’encore échanger quelques mots avec Nicolas BUCOURT, le passionné local qui me propose une randonnée historique commentée.
Comment refuser ?! Il faut que je trouve le temps de faire ça. Cet endroit me fascine.

Nous rejoignons tous notre PC au hagard du HAVRE ou les Anglais replient leur effets avec une vitesse et une efficacité qui me surprendra toujours.
Ils ont des ferry à prendre et le moment des adieux est déjà arrivé.

Ce saut est pour moi à marquer d’une pierre blanche car il était vraiment particulier.
Un saut est toujours quelque chose de particulier mais la Normandie en Juin et Arnhem en Septembre sont des sauts connus et pratiqués par tous les parachutistes de reconstitution.
Je pense que ce sentiment est partagé par tous, même les plus anciens du groupe.
Ici nous avons sauté sur une petite DZ historique, inchangée depuis 1942, dans le cadre d’une opération dont peu de gens connaissent jusqu’à l’existence.
A part les paras Anglais d’active de la « Bruneval « Coy, aucun groupe de parachutistes n’avait jamais sauté sur cette DZ.
Le fait aussi d’avoir sauté dans des conditions un peu particulières donne un sentiment agréable d’avoir donné un tout petit peu de sa personne.

Vraiment ce WE était parfait.
Les seules éléments qui auraient pu améliorer le saut auraient été un Withley pour nous larguer (avis au proprios et surtout au gros sponsors Cool ) et peut-être de le faire dans la vraie tenue de 1942.
Malheureusement, si le casque se trouve en copie (assez cher d’ailleurs), la veste elle, est introuvable.


Je finirai par quelques portraits...

Ian CURRAH



Joe Mc CABE



Pieter CASTELEYN l'autre Belge de la bande



Paddy REHILL



et...je



Et enfin et en primeur, voici mon reportage vidéo.
Savourez le, j'ai mis 4 jours à le faire avec des pu... de programme qui buggent au moment d'enregistrer un projet de deux heures de travail !!

https://vimeo.com/61168076

Sources photos et vidéo:
Abeille parachutisme LE HAVRE, Johan PUPIN
Ian CURRAH
Steve HARDING
Andrew SPENCER
Ian COLEMAN
FB

_________________


Dernière édition par mc los le Ven 8 Mar - 18:56, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
mc los



Messages : 2630
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 48
Localisation : HEUSY, Wallonie, BELGIQUE

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mer 6 Mar - 21:51

Gennaker a écrit:
Bravo Serge!!

Thank's sir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
engiomel



Messages : 559
Date d'inscription : 27/09/2012

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mer 6 Mar - 21:54

Euh comment dire . . .

SERGE T UN GRAND MALADE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

BRAVO BRAVO BRAVO

Revenir en haut Aller en bas
mc los



Messages : 2630
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 48
Localisation : HEUSY, Wallonie, BELGIQUE

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mer 6 Mar - 22:02

engiomel a écrit:
Euh comment dire . . .

SERGE T UN GRAND MALADE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

BRAVO BRAVO BRAVO


Euh...oui Embarassed ... mais je me soignes Laughing

_________________
Revenir en haut Aller en bas
mimi



Messages : 2312
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 48
Localisation : la belle ville de Cherbourg

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mer 6 Mar - 23:15

superbe reportage bravo Serge , bisous Mimi
Revenir en haut Aller en bas
WACO



Messages : 692
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 51
Localisation : cherbourg

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Mer 6 Mar - 23:47

epoustouflant ce monsieur Serge!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Hercule



Messages : 692
Date d'inscription : 25/11/2012
Age : 62
Localisation : Dans le fond des bois - Cérans - Foulletourte -Sarthe

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Jeu 7 Mar - 9:39

Bonjour Mc Los .

Je te remercie de cet excellent post .

Vous avez rendu un bel hommage à tous ces gars qui sont venus sur Bruneval il y 71 ans .

Un seul me sort de la Bouche << Bravo Messieurs >>

Hercule.
Revenir en haut Aller en bas
Gennaker



Messages : 1146
Date d'inscription : 26/01/2012

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Jeu 7 Mar - 10:20

Serge "MacLos" Loslever, Jumpmaster-media man!!! cheers

_________________


There's been passages and verses written
On the bravery and courage of men
But nothing will surpass the crossing
Of the AIRBORNE at Nijmegen bridg
es.
Revenir en haut Aller en bas
Ludoya



Messages : 10
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Jeu 7 Mar - 10:38

Superbe !

Et encore une fois respect !
Revenir en haut Aller en bas
TAYLOR



Messages : 2037
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 51
Localisation : NORMANDIE

MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Jeu 7 Mar - 10:53

génial serge , a part quelque termes technique que je ne maitrise pas c'est super ,
je crois reconnaitre sur ces photos un monsieur qui fait la marche
le coup du vomissoir est pas mal non plus , je ne connaissais pas
merci a vous deux pour ce reportage complet comme a l'habitude

_________________
CAPTAIN.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BRUNEVAL Raid 1942 - 2013   Aujourd'hui à 11:40

Revenir en haut Aller en bas
 
BRUNEVAL Raid 1942 - 2013
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» BRUNEVAL Raid 1942 - 2013
» Bruneval Raid
» Il y a 70 ans, la prise de la Difensa...
» DUPUIS, Yvon 1942 - 2013
» Bellengreville - BRUNEVAL x FAUVEL 1767

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CARENTAN LIBERTY GROUP :: AIRBORNE STORIES :: 1st British Airborne Division-
Sauter vers: