CARENTAN LIBERTY GROUP

forum du Carentan Liberty Group
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L’épopée des SAS Belges et de leur leader, le Cpt « BLUNT » BLONDEEL (HISTORIQUE 2011)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gliderpilot50
Admin


Messages : 11693
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 22

MessageSujet: L’épopée des SAS Belges et de leur leader, le Cpt « BLUNT » BLONDEEL (HISTORIQUE 2011)   Dim 6 Oct - 16:33

Mc LOS a écrit:
Avertissement : cette « chronique » ne prétend pas reposer sur une complexe recherche historique contradictoire.
Mes sources essentielles étant l’historique des Para-Commandos Belge à travers le périodique de l’amicale des anciens qui a recueilli le témoignage du Lt Col BLONDEEL et d'autres SAS ainsi que la revue « ARMES » qui a consacré quelques articles assez intéressants à l'historique des parachutistes Belges il y a plusieurs années.
L’essentiel des photographies et croquis proviennent de ces deux sources.

Mai 40, la Belgique a une armée désuète totalement déforcée par une politique trop optimiste et trop confiante (tiens, ils n’ont pas changé ceux-là, on dirait bien que les politicars ne retiennent jamais les leçons du passé … ! ).
En 18 jours les forces d’invasion de l’axe balayent littéralement notre armée et les éléments Français venus combattre sur notre territoire. (ils connaîtrons le même sors quelques jours plus tard après quelques belles passes d’arme)


Le gouvernement avait affaibli l’armée mais pas l’esprit combatif du soldat Belge.
Aussi assistons nous à des résistances téméraires, voire suicidaires, ou des moyens humains et matériels ainsi que des techniques de combat totalement disproportionnés sont opposés, comme sur la LYS.
Des Régiments comme le 12 Li, le 13 Li, les Régiment des Chasseurs Ardennais s’illustrent dans la débâcle générale.
Ils payeront le prix fort. 88% de pertes pour le seul 12 Li. Ce Régiment n’existe plus après 18 jours.

A l’issue de cette campagne de 18 jours, les morts et les prisonniers se comptent par milliers.
Ceux qui restent, ou qui reviennent de captivité, se demandent ce qu’ils vont bien pouvoir devenir dans ce pays occupé par le « boche » comme on l’appelle toujours depuis 14.
Un Roi « détenu » dans une prison dorée en Allemagne, un gouvernement exilé à Bordeaux.
Qui va remporter la victoire finale ? Bien malin qui a un élément de réponse en cette année 40 qui voit s’aligner les succès Germains.

Quelques hommes décidés vont poursuivre le combat dans la clandestinité sur le territoire national. Ils formeront ce qu’on appellera bien plus tard, l’armée « blanche »
D’autres ont entendu un appel venu d’outre manche et ont cru que le combat restait possible à partir de l’Angleterre.

Certains de ses hommes vont constituer le 5th Belgian SAS.
La plupart n’avaient jamais entendu parler de parachute .
La majorité n’avait même pas d’expérience militaire particulière.
Mais ils ne voulaient pas laisser tomber et ils voulaient être les premiers à revenir en Belgique la tête haute.
C’est d’eux et de leur chef que je veux vous parler….

Revenir en haut Aller en bas
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org
Gliderpilot50
Admin


Messages : 11693
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: L’épopée des SAS Belges et de leur leader, le Cpt « BLUNT » BLONDEEL (HISTORIQUE 2011)   Dim 6 Oct - 16:34

Mc LOS a écrit:
…Le fer de lance de ces combattants exilés sera cet homme :


Eddy BLONDEEL, né le 25 janvier 1906 à Gand. (il est décédé le 23 Mai 2000)

Son père, bien qu’ayant servi l’armée au 4ème de ligne, était dentiste.
Rien ne prédispose ce jeune garçon à la destinée héroïque qui sera la sienne.

Après de brillantes études universitaires d’ingénieur (1929) puis de dentiste, il est nommé Docteur en science dentaire à l’université de Chicago en 1938. Parallèlement il sert l’armée ou il intègre le 1er Rég d’Artillerie de GAND qu’il quitte avec le grade de Candidat Officier de Réserve.
Il poursuit cette carrière de réserviste et est nommé lieutenant en 1938.

Au moment de l’invasion il se trouve aux Etats-Units.
Il file à l’ambassade Belge et se met à la disposition de l’armée.
Il y provoque la gène et l’étonnement.

… - L’armée Belge a capitulé Monsieur.
- Oui mais, la guerre continue, officier de réserve je dois rejoindre la Grande-Bretagne peut-être.
- hem, attendons les instructions…

L’ambassade rapatrie un ami médecin de BLONDEEL auquel il demande de prendre contact avec son épouse (il était marié et avait déjà deux filles).
Son épouse doit décider. Si elle lui écrit qu’il fait beau il rentre, sinon il rejoint l’Angleterre et continue le combat.
Elle lui écrit qu’il fait mauvais, très mauvais !

Entre-temps le gouvernement de Londres a lancé un avis de mobilisation générale enjoignant les belges à l’étranger en âge de se battre de rejoindre l’Angleterre par tous les moyens.

Un camp de transit est constitué au Canada pour les belges se trouvant outre atlantique.
C’est là que sera constituée la « division » belge au départ de 28 hommes…

BLONDEEL y rencontre l’un de ses futurs Lieutenants, le Slt LIMBOSH, fermier au Canada.
Parmi ces belges expatriés en Amérique certains parlent Français ou Néerlandais, d’autres Anglais, d’autres encore Portugais.

Après quelques semaines de recrutement et d’instruction par l’armée canadienne au camp de la Joliette la « division »; en fait une compagnie tout au plus; rejoint l’Angleterre.

Pendant ce voyage le Lt BLONDEEL voulant donner une identité au contingent "Canadien", confectionne à partir d’une toile de billard rouge de grossières feuilles d’érables que tous cousent sur la manche.



Cet insigne sera encore porté jusqu’au bout de la guerre par certains volontaires belges « Canadiens » et provoquera d’ailleurs une confusion historique pendant la bataille des Ardennes.
Ce sont en effet les SAS de BLONDEEL qui pénètrent à BANDE le 11 janvier 1945 et y découvrent les 31 civils massacrés.
Il sera longtemps rapporté par les témoins civils que le village fut libéré par les Canadiens.

C’est à MALVERN que le détachement de « canadiens » Belge sera installé à son arrivée en Angleterre.
Au débarquement on leur demande si ils parlent Français ou Néerlandais, BLONDEEL répond : anglais.
Les problèmes d’intégration des « canadiens »commencent.
Ils sont tenus de se mettre à l’heure Belge (grades, commandements, langue, traditions)

BLONDEEL suit le stage d’officier d’infanterie dans une école Britannique

C’est aussi à MALVERN que le Lt BLONDEEL rencontre son futur ami Georges DANLOY qui sera à la tête des futurs Commandos Belges.



L’unité Belge est organisée en bataillons.
Les jours d’entraînement se suivent et se ressemblent, l’ennui se fait rapidement resentir.

BLONDEEL apprend que vingt hommes du 1er bataillon ont suivi un stage parachutiste. 8 seulement ont obtenu le brevet.




BLONDEEL obtient les autorisations de la hiérarchie et demande à LIMBOSH de préformer 20 volontaires.
On met les moyens et 18 reviennent brevetés du Parachute Training School de RINGWAY le 26 Février 1942.



L’aventure parachutiste commence.







BLONDEEL et 19 autres candidats suivent, ils reviennent tous brevetés et reçoivent les éloges particuliers des instructeurs de la RAF.
BLONDEEL décide de convaincre toute sa compagnie de suivre le mouvement. Tous acceptent sauf deux….

BLONDEEL est nommé Capitaine parachutiste.
C’est la naissance des paras du Captain « Blunt »...









Sources photographique: trimestriel "para-commando" Aout 2000
Revue "armes"
Revenir en haut Aller en bas
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org
Gliderpilot50
Admin


Messages : 11693
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: L’épopée des SAS Belges et de leur leader, le Cpt « BLUNT » BLONDEEL (HISTORIQUE 2011)   Dim 6 Oct - 16:34

Mc LOS a écrit:
…Les volontaires se multiplient et se joignent aux « canadiens » des débuts. Il y a là des évadés de Belgique, des camps d’Allemagne et d’ailleurs. Pour la plupart ils ont transités par l’Espagne et leurs prisons et le célèbre camp de MIRANDA DEL EBRO.

L’intégration des paras au sein même des Airbornes Britanniques est exclue, ils le savent.

Heureusement, à la demande des Britanniques, le Ministre de la Défense ROLIN ordonne la création de deux compagnies spécialisées, l’une de Parachutistes l’autre de Commandos ( Maj DANLOY).

L’unité parachutiste s’appellera d’abord « D Parachute Company, 2nd Batallion Belgian Fusiliers » et ensuite « Belgian Independent Parachute Company » et sera installée dans la ferme manoir de FRITZ HILL.

C’est d’abord le Commandant THISE qui sera désigné au commandement de la compagnie parachutiste c’est un ancien Cycliste Frontière (unité d’élite au moment de l’invasion) mais ce dernier, malgré son âge, a voulu suivre l’entraînement parachutiste et se blesse sérieusement à la colonne vertébrale lors du troisième saut.
C’est donc le Cpt BLONDEEL qui prend le commandement A.I. jusqu’en Mai 1943.



Il en sera toujours considéré comme le vrai chef étant donné qu’il a dirigé la compagnie au moment le plus crucial et qu’il en fait ce qu’elle est devenue au sein des SAS par la suite.
Il prendra plus tard le commandement officiel de l’unité.

S’en suit une période ou le gouvernement Belge de Londres oublie totalement leur existence.
Ils n’existent pas et sont livrés à eux-mêmes.
Mais BLONDEEL est là pour maintenir le moral et le niveau.







Ils reçoivent finalement la visite d’un Général en inspection.
Ils lui proposent une démonstration de combat de rue. Technique et drills appris des Anglais durant leurs entraînements mais totalement ignorés par l’armée belge à l’époque.
Le général s’adressant à BLONDEEL lui dira « mais BLONDEEL vous entraînez vos homme à devenir des cambrioleurs ! »

Qu’à cela ne tienne, BLONDEEL continue l’entraînement et fait de sa compagnie une belle machine de guerre.



















Il suit lui-même tous les cours et formations possibles et utiles dans les écoles britanniques.
Il fait de même avec ces hommes dont il fait rapidement des spécialistes.

Lorsqu’il va suivre, avec une partie de son effectif, le cours d’endurcissement et de guérilla à INTERLOCHY- CASTLE en Ecosse ils sont remarqués par l’état major Britannique et particulièrement bien côtés.
Mais du côté du gouvernement Belge, toujours rien…alors que les SAS de la France libre et les Anglais de Stirling se sont déjà illustrés en Afrique du Nord.

Il tente alors par tous les moyens d’intégrer son unité aux troupes aéroportées alliées.
Il prouve la valeur de ses hommes qui sera remarquée de tous à tel point qu’on lui propose même un stage au sein du 8th Parachute Batallion de la 6th Airborne.
Après plusieurs nuits d’exercices clôturés par une marche de 80 km le Commandant de bataillon, très satisfait, lui déclare cependant …mais que ferions nous d’une seule compagnie ??

Suivent ensuite des machinations et autres manœuvres de la course à « qui aura la meilleure unité, qui se fera remarquer, qui sera engagé» comme celle du Col PIRON qui commande le groupement qui prendra le nom de « libération » et qui libérera notamment la côte fleurie après le débarquement.
Ce dernier propose de démanteler la compagnie de BLONDEEL pour disperser ses spécialistes reconnus dans ses propres unités comme « petites troupes de choc ».
BLONDEEL comprenant immédiatement que cela signifierait la fin des parachutiste Belges, intervient discrètement en haut lieu et obtient l’annulation du projet.

Le Col PIRON gardera, jusque longtemps après la guerre, une rancœur tenace à l’égard des parachutistes.
Il tentera, encore après guerre, de mettre un point final à leur existence.

Finalement les succès des SAS en Afrique du Nord poussent d’EM alliés à créer une brigade SAS interalliée.

Ce sera enfin le salut et la valorisation de l’unité Belge qui est intégrée ; grâce encore une fois à l’acharnement du Cpt BLONDEEL et à la valeur incontestable des ses hommes; à la brigade SAS du Brigadier Mc LEOD .

A partir de ce moment l’entraînement déjà poussé va devenir démentiel à LOUDOUN CASTEL ou ils sont installés en Ecosse.












L’unité est composée à ce moment de deux régiment Britanniques (1st et 2nd SAS), de deux bataillons Français FFL (3rd et 4th SAS) et d’une compagnie Belge (5th SAS) d’autres nationalités, moins nombreuses, comme des Hollandais seront répartis avec les Belges.





Souces photographiques: Trimestriel "para-Commando" Août 2000
Revue "armes"
Revenir en haut Aller en bas
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org
Gliderpilot50
Admin


Messages : 11693
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: L’épopée des SAS Belges et de leur leader, le Cpt « BLUNT » BLONDEEL (HISTORIQUE 2011)   Dim 6 Oct - 16:40

Mc LOS a écrit:
Maczuga a écrit:
Excellent !! ;)Je minteresse surtout aux jeeps des SAS modifiée !! SmileWink
Il en sera question dans la dernière partie consacrée aux missions de reconnaissance "non parachutées" mais je rsique de te décevoir.
Je ne suis un spécialiste véhicule.
Revenir en haut Aller en bas
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org
Gliderpilot50
Admin


Messages : 11693
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: L’épopée des SAS Belges et de leur leader, le Cpt « BLUNT » BLONDEEL (HISTORIQUE 2011)   Dim 6 Oct - 16:40

jaumont a écrit:
Super Serge! Tout beau, beau travail!! Shocked :tha2:
Le casque de moto mis à part, surement qu'il a pu être utilisé, mais tout de même, j'ai des doutes sur les affirmations catégoriques de la documentation.
Je rêve d'un bren de plus en plus... tongue
Revenir en haut Aller en bas
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org
Gliderpilot50
Admin


Messages : 11693
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: L’épopée des SAS Belges et de leur leader, le Cpt « BLUNT » BLONDEEL (HISTORIQUE 2011)   Dim 6 Oct - 16:40

Mc LOS a écrit:
jaumont a écrit:
Super Serge! Tout beau, beau travail!! Shocked
Le casque de moto mis à part, surement qu'il a pu être utilisé, mais tout de même, j'ai des doutes sur les affirmations catégoriques de la documentation.
Je rêve d'un bren de plus en plus... tongue
Merci Pascal.
ca faisait longtemps que j'en avais l'idée mais pas le temps.
Là je suis malade à domicile pour 3 jours donc...
Par contre avec les poussées de fièvre intermitantes c'est fastidieux
D'ailleurs, la suite c'est pour demain.

Pour le casque de moto, je ne peux rien affirmer personnellement, mais selon les sources photographiques et les témoignages d'anciens il est certain qu'ils en ont été équipés au début.
Peut-être pas en grandes proportions mais il y en a eu.
D'ailleurs si tu examines la sixième photo au-dessus de celle du casque, tu verras que l'homme de dos au premier plan à droite porte un casque moto. Ce n'est pas une jugulaire c'est du cuir plein.
Hors cette photo est clairement identifiée. La présence de BLONDEEL en atteste.
Il faut savoir; et ça valait pour toutes les unités "étrangères" en Angleterre; qu'ils étaient équipés avec les restes de l'armée Britannique.
Les SAS Français étaient logés à la même enseigne.
C'était la grosse débrouille.
Raison pour laquelle on voit souvent un panachage de modèles de denison SMOCK sur les photos.

Cette tendance a disparu en 44 quand ils étaient tous oppérationnel pour le "grand saut".

Un bren ?... je sens que tu va nous faire une jeep SAS toi... Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org
Gliderpilot50
Admin


Messages : 11693
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: L’épopée des SAS Belges et de leur leader, le Cpt « BLUNT » BLONDEEL (HISTORIQUE 2011)   Dim 6 Oct - 16:41

Mc LOS a écrit:
TAYLOR a écrit:
bravo mon serge , reste plus qu'a faire un livre Very Happy
Oh ça ce n'est pas pour moi...Par contre j'aimerais bien en trouver un bon à lire pour commencer. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org
Gliderpilot50
Admin


Messages : 11693
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: L’épopée des SAS Belges et de leur leader, le Cpt « BLUNT » BLONDEEL (HISTORIQUE 2011)   Dim 6 Oct - 16:41

five-0-deuce a écrit:
excelent, merci pour ce recit.
Revenir en haut Aller en bas
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org
Gliderpilot50
Admin


Messages : 11693
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: L’épopée des SAS Belges et de leur leader, le Cpt « BLUNT » BLONDEEL (HISTORIQUE 2011)   Dim 6 Oct - 16:42

Mc LOS a écrit:
… Le Brigadier Mc LEOD se retrouve à la tête d’une brigade de combattants exceptionnels.

Mais tous ces hommes étaient avant tous des individus, avec une forte personnalité, venus de tous les horizons.
A travers son passif et son entraînement, chaque sous unité, Belge, Française ou Anglaise s’était soudée pour devenir une unité constituée solide.
Il fallait maintenant pouvoir gérer ce potentiel formidable et le fondre en une seule unité magnifique.

Une poignée d’entre eux a déjà fait ses preuves en Afrique du Nord. Les premiers « Fantassins de l’air » Français et les SAS de STIRLING, le prédécesseur de Mc LEOD tombé entre les mains de l’ennemi lors d’un raid LRDP, emprisonné à la fortresse de COLDITZ.
















Mc LEOD remarquera vite son nouveau contingent Belge.

Je site son témoignage

…les Belges étaient magnifiques. Tous parlaient Anglais et certains, engagés au Canada, parlaient fort peu Français ou Flamand. Leur discipline était admirrable et mon Etat major les adorait. Leur chef, Edy BLONDEEL, était un des meilleurs chefs de corps auxquels j’ai jamais eu affaire.

… Les SAS avaient besoin d’être bridés. Comme on peut l’imaginer, les ordres étaient reçus différemment par les trois groupes.

D’une façon générale, les Belges faisaient ce qu’on leur disait, les Britanniques faisaient ce qu’on leur demandait si ça leur convenait, les Français perdaient l’ordre ou prétendaient ne jamais l’avoir reçu. Après un temps, les choses s’arrangèrent, et mon Etat Major mit au point des techniques adaptées pour traiter avec ces équipes mal assorties et profondément individualistes…

Ca y est !! C’est le jour J -1, les premiers éléments de la Brigade SAS sont parachutés sur la France.
Ils furent les premiers parachutistes à toucher le sol de France.

Le premier à tomber sur sa terre natale est le Caporal Emile BOUETARD, à droite sur le cliché ci-dessous.
Il avait 29 ans.



Cet épisode est souvent sous estimé et « étouffé » par l’énorme opération que représentait le débarquement, mais il faut savoir que la Bretagne abritait un potentiel de riposte militaire énorme, qui aurait pu être engagé très rapidement sur le front de Normandie et mettre en échec le débarquement avec une quasi certitude.
Hors, pas une seule unité constituée n’a pu sortir de Bretagne grâce à l’action conjuguée de harcèlement et de sabotage, des SAS Français et de 8000 résistants Bretons.















Le maquis Breton ; fort de ses traditions Chouannes ; était le plus grand maquis de France.

Tous ont payé un lourd tribut, dans l’anonymat.
Les représailles de la milice et des forces d’occupation en Bretagne furent terribles !...







Souces photographiques:
Trimestriel "Para-Commando" Aout 2000
Personnelles
Net.
Revenir en haut Aller en bas
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org
Gliderpilot50
Admin


Messages : 11693
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: L’épopée des SAS Belges et de leur leader, le Cpt « BLUNT » BLONDEEL (HISTORIQUE 2011)   Dim 6 Oct - 16:42

mirabelle écoute a écrit:
Excellent Serge, on est dedans quand on lit le texte. Je ne connaissais pas ce passage de l'histoire.

tu nous en remets un ptit peu ?

Merci

Mirabelle
Revenir en haut Aller en bas
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org
Gliderpilot50
Admin


Messages : 11693
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: L’épopée des SAS Belges et de leur leader, le Cpt « BLUNT » BLONDEEL (HISTORIQUE 2011)   Dim 6 Oct - 16:42

gennaker a écrit:
damn! passionnant!
Quel boulot Serge!

De quel type d'avions sautaient les paras belges avant guerre?
Revenir en haut Aller en bas
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org
Gliderpilot50
Admin


Messages : 11693
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: L’épopée des SAS Belges et de leur leader, le Cpt « BLUNT » BLONDEEL (HISTORIQUE 2011)   Dim 6 Oct - 16:43

Mc LOS a écrit:
...ça vient Mirabelle... Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org
Gliderpilot50
Admin


Messages : 11693
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: L’épopée des SAS Belges et de leur leader, le Cpt « BLUNT » BLONDEEL (HISTORIQUE 2011)   Dim 6 Oct - 16:48

Mc LOS a écrit:
gennaker a écrit:
damn! passionnant!
Quel boulot Serge!

De quel type d'avions sautaient les paras belges avant guerre?

Il n'y avait pas de parachutistes en Belgique avant guerre...notre armée était la même qu'en 14-18, à peu de choses prêt.

Les unités Para-Commandos actuelles sont nées en Angleterre pendant la guerre.
Leur maintien après guerre fut un des combats de BLONDEEL et de DANLOY face à la bureaucratie poloticienne typiquement Belge.
J'aborderai brièvement cet épisode.
Mc LOS a écrit:
…Les SAS Belges sont mis de côté. Ils sont réservés pour les opérations avenir, en Belgique, ça ne leur plait pas, mais c’est de bonne guerre.

Du moins, c’est ce qu’on leur dit....!
A la surprise de tous Le Brigadier Mc LEOD informe le Cpt BLONDEEL que les autorités Belges refusent que des SAS Belges soient parachutés en Belgique ???? (Et oui,…ça ne s’invente pas !)

BLONDEEL n’y comprend rien et fulmine. Il parcourt les bureaux et couloirs des bâtiments occupés par le Gouvernement Belge de LONDRES à la recherche de celui qui est à l’origine d’une telle ineptie, mais ne le trouve pas.

Avant même d'avoir affronté les Allemands, le Cpt BLONDEEL commence a découvrir de nouveaux ennemis, la bureaucratie et le monde politique.

Mc LEOD lui-même ne comprend rien et a pitié des Belges.
Il obtient du Gouvernement Français l’autorisation d’utiliser des SAS Belges sur le territoire Français.

Peu après le débarquement 3 premières missions sont larguées en Normandie :

« Chaucer » Lt GHYS + 4 SAS rejoints par 15 SAS le 09/08, durée 28/07 > 15/08

« Shakerspeare » Lt DEBEFVE + 5 SAS rejoints par 15 SAS le 09/08 durée 31/07 > 16/08

« Bunyan » Lt KIRSCHEN + 5 SAS rejoints par 15 SAS le 09/08, durée 03/08 > 18/08

Leur mission : surveiller les axes routiers Paris-Normandie, Paris le Mans, Orléans-Bretagne, renseigner, et dans un second temps harceler l’ennemi par des attaques de troupes, de convois et de dépôts.

La nuit du 10 Aout, le Lt DEBEFVE prépare une embuscade à la sortie du village de LA FLECHE. 30 Allemands y sont tués et le premier SAS Belge y perd la vie, le Sdt CARETTE.



A partir de ce moment les opérations vont se succéder à une vitesse folle, à la mesure de l’avancée des alliés en France.
14 squads Belges en tout seront largués en OP en France.
Leurs missions : renseignement, contact avec la résistance locale, sabotage, harcèlement, désorganisation.





Dès qu’ils sont rejoints par les troupes au sol, les SAS rejoignent l’Angleterre. Certains pour se rééquiper et effectuer une seconde mission dans la foulée.

Mais le mystère de l’interdiction de pénétrer sur le territoire Belge subsiste toutefois. (il ne sera jamais élucidé…)

BLONDEEL décide de contourner le problème à sa manière.

Le Lt RENKIN, est parachuté en mission avec son squad dans les Ardennes Françaises toujours occupées.
Lors d’un contact radio depuis l’Angleterre, le Cpt BLONDEEL lui demande ; parallèlement à sa mission initiale ; d’effectuer une infiltration et de passer la frontière Belge dans les Ardennes, puis de reprendre contact.

RENKIN s’exécute et sera donc le tout premier Belge a pénétrer sur le territoire national. Il se localise auprès de BLONDEEL.

Ce dernier demande ensuite au Brig. Mc LEOD l’autorisation d’être parachuté avec un squad à l’endroit ou se trouve RENKIN. (le maquis de GEDINNE)
Mc LEOD lui demande de localiser l’endroit sur une carte.

Mc LEOD s'exclamme : mais …. C’est en Belgique !
BLONDEEL : ah ?!, je n’avais pas remarqué.
Mc LEOD : et bien,… disons que je ne l’ai pas remarqué non plus !

Les squads SAS Belges vont dès lors entrer en action, au devant des alliés, en Belgique.

Ils sont largués sur GEDINNE (BLONDEEL), Bois Saint Jean , près de SPA et dans le Limbourg Flamand.

Le squad du Lt Van der Heyden atterrit même par erreur près de Monschau (Monjoie) en …Allemagne, tout près de la forêt de Huertgen qui deviendra célèbre un peu plus tard.
Ils seront ; sans le vouloir ; les premiers a mettre les pieds dans le grand Reich.

Ils devront s’exfiltrer en traversant la ligne Siegfried, à l’envers, pour rejoindre leur zone de mission à SOLWASTER (tiens, ça c’est à 10’ de chez moi).

Alors que les squads Belges sont passés à l’action, BLONDEEL reçoit via la Brigade SAS un message de la 2è section de la Défense nationale à LONDRES, étonnée de sa présence en Belgique et l’enjoignant de trouver le Cdt BASTIN, comandant de la zone « V ».

Il le trouve dans la région de SOMME-LEUZE. BASTIN est étonné et ne savait rien de l’ordre donné par la Défense à LONDRES (re ???).
Il est cependant heureux de ce soutien providentiel des SAS.
Il est décidé que leurs nouvelles bases d’action seront Chevetogne et Rendeux.
Ils vont ensemble nettoyer la zone.
BLONDEEL donne ces ordres de regroupement à ces hommes restés à GEDINNE mais la brigade SAS a déjà donné les siens.

Tous les squads en opérations doivent rejoindre ASAP (as soon as possible) l’Angleterre.
On rassemble les forces pour les opérations avenir sur la Hollande…

Se rendant à Bruxelles ou il avait fixé rendez-vous à tous ses paras en fin de mission, il apprend que les Lt LIMBOSCH, son ami des débuts, et le Sgt MELSENS sont tombés dans le Limbourg Flamand.

Lieutenant LIMBOSCH



Sergent MELSENS



Vous pouvez lire les circonstances de leur mort sur le site suivant.
http://www.bing.com/images/search?q=sas+carette&view=detail&id=25F59EC242BDDCFE90654BB0F9C0002600C39787&first=1&FORM=IDFRIR

Le Cpt BLONDEEL en profite pour faire un crochet par son domicile situé en zone libérée.
Il retrouve sa femme et ses deux filles quittées 5 ans avant.
Il se souvient avec amertume que ses filles veulent embrasser son chauffeur qu’elles croient être leur père….
Mc LOS a écrit:
…une dizaine d’hommes seulement ( 2 squads et des isolés) du 5th SAS sont parachutés en Hollande (*) , pour les autres il est trop tard, la Brigade SAS a décidé de suspendre les opérations parachutées et de convertir l’unité Belge en unité de reconnaissance motorisée sur jeep.

C’est 6 jours avant l’opération Market Garden que les 2 squads belges sont droppés sur la Hollande avec pour mission essentielle le renseignement et l’organisation de la résistance locale.
Dans chaque squad il y a des Belges Néerlandophones pour des raisons évidentes.

Il s’agit des OP « Regan-Fabian » Lt KIRSCHEN 15 septembre 44 et « Gobbo-Portia » Lt DEBEFVE, 26 septembre 44.

Ces deux unités vont appuyer l’opération Market Garden par du renseignement, mais suite à la tournure tragique de l’opération MG, ces deux missions vont rester coincées plus de 6 mois derrière les lignes ennemies sans possibilité d’exfiltration.
Elles vont cependant continuer a transmettre par container des renseignement d’importance stratégique et, avec l’aide de la résistance locale, elle vont participer à l’exfiltration de pilotes alliés vers leurs lignes.

En parallèle de ses deux missions principales, l’opération « Timon » voit parachuter un opérateur radio, R HOLVOET, lequel sera pris en novembre et fusillé en Avril 45.



Au cours d’une dernière mission en Hollande, l'opération « Friesland », l’Adjudant GROENEWOUT, Néerlandophone, est parachuté avec 3 officiers Hollandais en Frise.
Ils formeront 700 résistants locaux au combat.
Cette mission s’achèvera le 22 Avril 1945.

Pendant tout ce temps d'innombrables missions sont effectuées par des unités SAS Françaises et Anglaises au devant des avancée alliées, sur tous les fronts occidentaux.

Dès l’instant où le Cpt BLONDEEL reçoit l’ordre de transformer son unité en unité de reconnaissance motorisée il s’atèle, avec ses hommes, à transformer ces jeeps willys en véhicules de combat blindés et fortement armés, à l’image de leurs grandes sœurs de Libye…



(*) A ne pas confondre avec les missions « Amherst » ( +- 1000 SAS largués en Hollande, 1st & 2nd British SAS et 3éme et 4éme SAS de la France Libre) faisant partie de la mission « Larkswood » visant à couper la Hollande en deux (une nouvelle fois,… mais la bonne cette fois)
Cette mission est effectuée dans la nuit du 7 au 8 Avril 1945 et la compagnie Belge y sera engagée en qualité d’unité de reconnaissance motorisée en tête des unités au sol.
Goody a écrit:
Ça c'est du post Serge!!

Il me semble que des unités Belge SAS aient libéré certaine villes dans le Calvados, tel que Honfleur avec l'avancée Anglo-canadienne.
jaumont a écrit:
:shock:Super!!
Je crois que je vais imprimer tout cela pour le relire!!!

Une précision purement jeepiste


Il s'agit d'une jeep willys mc-m38 produite à +- 60 000 exemplaires de 1950-51.
Corée et autres...
Très bonne jeep plus spacieuse et plus fiable que la MB.
J'en avais une avant ma MB.
Mc LOS a écrit:
Pas à ma connaissance Goody.

Il est probable que tu confonde avec la Brigade PIRON qui a libéré la côté fleurie (et donc Honfleur)
La brigade PIRON était une grande unité Belge mixte (blindés, infanterie) qui diposait de 3 sous unités parfaitement autonomes.
Elle est entrée en action début Aout 44 en même temps que la division Holla,ndaise "princess Irene" la 2éme DB de LECLERC, la division Polonaise de MACZEK et la Tchécoslovaque de LISKA.

La brigade PIRON avait pour mission de libérer la côte fleurie entre l'Orne et la Seine en remontant la côté et en repoussant les Allemands devant elle.
Elle a libéré Honfleur.

A noter (comme je l'évoque dans mon récit) que le Lt Col PIRON n'était pas l'ami des SAS et de BLONDEEL depuis qu'il avait tenté, par des basses manoeuvres politiques, de faire démanteler la compagnie SAS au profit de son unité.
Il poursuivra d'ailleurs son oeuvre par les mêmes procédés après guerre, estimant que les SAS et les Commandos lui faisaient de l'ombre.
Goody a écrit:
Au temps pour moi Serge, oui c'est bien la brigade Piron Very Happy
Mc LOS a écrit:
…en novembre 44 l’unité Belge au complet rentre en Belgique libérée.

Elle s’installe au Château de TERVUREN (actuel musée colonial)
Les rangs sont étoffés de jour en jour par de nouveaux candidats et l’effectif passe à 320 hommes.
Le 5th SAS devient « BELGIAN SAS RECCE SQUADRON »

Désolé je n'ai pas pu "remonter" la photo panoramique entièrement.
On remarque que les grandes fenêtres du Château de Tervuren sont encore protégées de planches de bois pare-éclats.










L’unité à touché ses jeeps et les a « aménagées »
Ajout de blindages et de pare-brises blindés, renforcement des suspensions, réservoirs supplémentaires, panier arrière pour les sacs Bergen et le matériel, ajout de deux vickers jumelée pour le convoyeur et une vickers latérale pour le chauffeur et deux autres jumelées à l'arrière.











Mais déjà le spectre de la bêtise politique plane à nouveau sur l’unité.

Estimant qu’il n’y aura plus d’opération aéroportées pour les Belges, certaines augures veulent tout simplement dissoudre l’unité, sans doutes « en guise de remerciement pour services rendus à la patrie ».

Le défilé du 11 novembre s’annonce à BRUXELLES et les SAS viennent de toucher leur béret amarante (il était noir jusque là).

BLONDEEL donne pour instruction à ses hommes de fixer droit dans les yeux un homme politique de son choix assis dans la tribune, au moment du « tête à droite ».

L’effet est sans appel, l’aumônier Jourdain qui s’était glissé dans les tribunes entend murmurer, « on ne peut pas supprimer ça ! »
Une nouvelle fois l’unité est sauvée.



L’escadron recce SAS est rapidement engagé du 19 au 23 décembre 44 suite à, l’offensive des Ardennes qui vient de débuter.
Une colonne de 24 jeeps quitte Tervuren.

Objectifs et mission : les ponts de la Meuse entre LIEGE et GIVET (objectifs évident de l’offensive) et renseignements sur l’avancée de l’ennemi.

Le 28 l’unité est mise sous commandement du 62nd Recce Rgt de la 6th British Airborne.
Ils installent leur base à FROIDFONTAINE.

C‘est alors l’opération « REGENT » les 29 et 30 décembre 44.
L’escadron assure la reconnaissance sur l’axe de progression et assure la protection du flanc droit Britannique.



Ils assurent aussi la liaison avec les SAS Français qui ont la même mission au sud. (Opération "FRANKLIN" )
Les Français sont basés à LIBIN et assurent la protection du flanc gauche de la troisième armée US.



Le 11 janvier les SAS Français re-libèrent la ville de saint-Hubert et font flotter les drapeau Français sur la façade de l’Hôtel de ville.
En signe de gratitude les autorités leur remettent les clés de la ville.

Le 31 décembre 44 les SAS Belges sont placés en appui de l’attaque de la 6th Airborne sur le village de BURE. (ça c’est chez Donut…)
Un combat d’une férocité extrême s’engage dans, et alentour, du village.
Les "red devils" de la 6th ABD se battent de maison à maison, d'étage à étage, pendant des heures.

Dans sa mission de reconnaissance ce 31 décembre, la jeep du Lt RENKIN repère et attaque une position anti char avant d’être elle-même touchée de plein fouet par un autre canon anti char.
Tout l’équipage est tué sur le coup.

Lt P RENKIN



C. De VILLERMONT




E LORPHEVRE



Pour en savoir plus vous pouvez vous rendre sur ce site très bien réalisé sur le sujet.

http://www.brigade-piron.be/zy-memoriam_paras_fr.htm

Le Lt VAN DER HEYDEN est témoin des faits depuis sa jeep.

Il voit LORPHEVRE descendre de leur jeep et arroser la position ennemie à courte distance, Les vickers embarquées prennent le relais et permettent à LORPHEVRE de réembarquer.

Le but étant de renseigner, la jeep de RENKIN rompt le combat et se replie.
Là, un autre canon anti char entre en action et tire un premier obus, trop long.
La lourde jeep peine à gravir la pente raide et est touchée de plein fouet par un second obus.
VAN DER HEYDEN termine la reconnaissance et repère avec précision les positions anti char qui seront immédiatement détruites par l’artillerie.

Un modeste monument marque l’endroit de ce fait d’arme.





Les missions de renseignement, reconnaissance, destructions se poursuivent jusqu’au 13 janvier ou l’unité rejoint Tervuren pour souffler un peu avant d’être engagée en défense statique à Anvers jusqu’au 2 février 45…
Mc LOS a écrit:
…Les recrues de septembre ayant terminé leur formation, l’unité grossi encore un peu pour former maintenant le « 1st BELGIAN SAS REGIMENT »

Le 03 Avril 45 le major BLONDEEL reçoit l’ordre de mettre son unité à la disposition de l’opération « LARKSWOOD »

1000 parachutistes SAS Anglais, Français et Belges vont participer à cette opération visant à couper la Hollande en deux et à isoler les troupes restées à l’ouest de leur axe de progression.

Le 1st Belgian SAS doit opérer avec ses jeeps en tête de la 4ème division canadienne

Les SAS Français et Anglais des 1st, 2nd , 3ème et 4ème SAS sont largués dans les lignes Allemandes (opération AMHERST)

Le 08 Avril les Belges sont rattachés à la division Polonaise et prennent d’assaut le pont de Hoogeveensche vaart et permettent à la division de le franchir sans encombres.

Le 11 ils évacuent des SAS Français blessés à Westerbork

Le 12 les durs combats pour le pont de Veele font trois morts dans leurs rangs.

Sergent P ROLIN



E HAZARD

J BREUER

Pour en savoir plus:
http://www.brigade-piron.be/zy-memoriam_paras_fr.htm

Le 15 le 1sgt/Maj DEVIGNEZ sera tué et le Cpt VAN DER HEYDEN grièvement blessé.



Ils atteignent la mer du nord et accomplissent leur mission.

Le Major BLONDDEL se souvient d’une anecdote de cette période de commandement Polonais.

Arrivés à, proximité du but, la mer du nord, il reste à neutraliser une forte batterie côtière.
Un officier désigne les Belges pour attaquer de front, en jeep, sur un terrain découvert cette batterie. Un suicide qui aurait exterminé l’unité en quelques instants.
BLONDEEL accepte à condition qu’il puisse participer à l’assaut avec l’officier Polonais.
Ce dernier décline l’offre et envisage une autre manœuvre.
BLONDEEL lui dit : « Au fond ce que vous voudriez c’est que le communiqué de ce soir annonce qu’une unité Polonaise à atteint la mer en face d’EMDEN. Oui, alors c’est simple, un officier va aller remplir sa gourde d’eau de mer ; ça constituera la preuve »…

Ce « refus » d’ordre sauvera certainement ; et physiquement cette fois ; l’unité SAS Belge.

De la Hollande le « 1st Belgian SAS Rgt » passe en Allemagne le 21 Avril 45 ou il est placé en tête de la 2ème Brigade Blindée Canadienne.

Ils avancent en tête, en alternance avec le « 1st British SAS Rgt », jusqu’à quelques kilomètres de Whilhelmshaven ou ils apprennent la capitulation de l’Allemagne le 08 Mai 45.

Leur mission ne s’arrête pas pour autant.

Ils sont formés en groupes motorisés et placés à disposition des services secrets du 21éme groupe d’Armée et se mettent à la chasse aux nazis durant 6 semaines à travers l’Allemagne.

Le Brigadier Michael CALVERT, qui a remplacé Mc LEOD à la tête de la Brigade SAS, dit dans un article intitulé « les dernières opérations SAS »:

…les Belges multilingues et discrets furent mis à la disposition des services secrets du 21ème groupe d’armée pour participer à la chasse aux criminels de guerre nazis. A leur tableau je crois le maréchal Von Ribbentrop, Ministre des Affaires Etrangères et le gouvernement de l’Amiral Doenitz…

En effet l’escadron B capturera Von Ribbentrop et l’ensemble du gouvernement Doenitz.

C’est le 1 Sgt GOFFINET qui arrêta Von Ribbentrop.



C’est au cours de cette mission de « counter intelligence », que pour la première fois, les Commandos de DANLOY et les Paras SAS de BLONDEEL vont travailler côte à côte.
Ils s’entendent déjà très bien mais ne savent pas encore, qu’ensemble, ils vont former plus tard l’unité « Para-Commando » de Belgique…



Sources photographiques: Trimestriel "Para-Comando" Aout 2000
arilou a écrit:
C'est ce qu'on appelle un dossier traiter et documenté très sérieusement !!!

On a trouvé le Pierre Bellemare Belge ! Ton récit est super et met en valeur ces SAS qui sont peu connus et qui ont eu énormément de mérite.

C'est super de ta part de leur rendre hommage à travers ton récit et tu leur rendras également un bel hommage lorsque tu sauteras avec ta nouvelle tenue SAS.

Ce Blondeel était un sacré bonhomme ! Que sont-ils devenus après la guerre ? L'armée Belge a-t-elle conservée des unités commando-parachutistes ?
Mc LOS a écrit:
arilou a écrit:
C'est ce qu'on appelle un dossier traiter et documenté très sérieusement !!!

On a trouvé le Pierre Bellemare Belge ! Ton récit est super et met en valeur ces SAS qui sont peu connus et qui ont eu énormément de mérite.

C'est super de ta part de leur rendre hommage à travers ton récit et tu leur rendras également un bel hommage lorsque tu sauteras avec ta nouvelle tenue SAS.

Ce Blondeel était un sacré bonhomme ! Que sont-ils devenus après la guerre ? L'armée Belge a-t-elle conservée des unités commando-parachutistes ?
Merci copain Wink

Oui, l'unité "Para-Commando" existe toujours, ou devrait-on-dire... "survit" toujours.
J'aborderai brièvement " l'après guerre" dans la fin du récit...demain Sleep
TAYLOR a écrit:
quel boulot mon serge , je sait pas en faire autand
je comprend ton desir te faire une tenue sas
congratulation !
Mc LOS a écrit:
Thank's sir Wink
C'est vrai que ça prend du temps mais j'en ai un peu là, alors j'en profite.
Sinon ce n'est qu'un travail de synthèse, de mise en page et en texte personnelle de plusieurs lectures, rien de plus.

Moi, ce que je me demande, c'est comment fait Denis Question parce que moi je n'en ferai pas cinquante des posts comme ça Very Happy
jaumont a écrit:
Magnifique, tes photos et ta synthèse sont un régal a consommer sans modération.
Vivement demain!!
Désolé pour la jeep m38 Embarassed, c'est juste une toute toute toute petite observation face à une quantité appréciable de travail de recherche et esprit de synthèse d'historien.
C'est tout du bonheur! cheers
Mc LOS a écrit:
Tu n'as pas à t'excuser.
A chacun son truc; tu as eu l'oeil du spécialiste "jeepiste" sans doutes.
De ce côté là moi, c'est "bulle"
C'est une photo que j'ai un peu pêchée au hasard en recherchant des photos de SAS FFL en Afrique du nord.
Celle-ci n'avait pas de légende et hormis la jeep (détail que je n'aurais jamais relevé si tu n'en parlais pas) tout le reste ma paraissait coérent d'un point de vue matériel, tenue, décors.
Mes ces tenues et ces équipements étaient encore largement utilisés dans les années 50 en effet.

Bien vu.
Revenir en haut Aller en bas
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org
Gliderpilot50
Admin


Messages : 11693
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: L’épopée des SAS Belges et de leur leader, le Cpt « BLUNT » BLONDEEL (HISTORIQUE 2011)   Dim 6 Oct - 16:56

Maczuga a écrit:
Un seul mot Serge (Wink)

MAGNIFIQUE ! Des photos et histoire que je ne connaissais pas... Des trucs de dingue... Et mon passage sur les jeeps modifiées... Mwahahahahahah un régal, quelqus photoq ue je n'avais jamais vu !! Very Happy
Yves a écrit:
Bonjour à tous est je vous souhaite à tous encore une très bonne Année 2011 pour tous, afin d’avoir une super santé hein (JM) soigne toi bien, ces ce qui compte à notre époque La santé! En tous cas pour parlez d’époque je vois un excellent programme qui nous présente la Belgique par notre ami Mc LOS bravo à toi pour ces photos est ces récits, pour tous ceux qui ont combattu également l’armée allemande mais sur le terrain, avec je vois des Jeeps très transformé est bien utile pour celui qui les utilises, impressionnant, ces vrais qu’ont découvre ont crois connaitre bien des choses sur nos sols, mais ailleurs ces à découvrir ? Mais quelle plaisir tu nous fais partagé Mr Mc LOS merci à toi est à tous ceux qui par leurs connaissance est leurs présence sur ces forums vous nous faites partagé cette histoire de la WW2 qui est toujours à découvrir à chaque instant, bien sur avec un trie à faire dans e qu’ont trouve ici est la ? Mais quelle bonheur à lire quand ces du concret Merci à vous tous !

Fraternite
Mc LOS a écrit:
Merci, merci, mais tout le plaisir est pour moi de vous faire découvrir une page d'histoire (très résumée) moins connue peut-être.

Mais attention, je le répette, je n'ai pas la prétention d'être un historien, ni même un apprenti historien.
Je ne fais que résumer avec mes mots, rapporter et partager sur notre forum ce que d'autres ont déjà étudié. Tout le mérite revient à ceux-là.

Vous trouverez d'ailleurs sur le net des sites et forums ou ce sujet est traîté plus en profondeur.
Pour les amateurs du genre... Wink
Mc LOS a écrit:
L’après-guerre...

… En Juillet 45, tout le Régiment SAS rentre en Belgique, à Tervuren.
Il devrait y suivre des entraînements pour d’éventuelles missions en Moyen Orient.

Le 05 juillet 45 tout le Régiment rassemblé entend la dernière proclamation officielle de son chef qui la termine par ces mots... « La guerre en Europe est gagnée. Gardons nous de perdre la paix «

On proposera au chef des SAS ; devenu Lieutenant-Colonel ; eu égard à ses états de service et à ses compétences, de devenir Ministre de la Défense, mais il refusera. Il ne veut pas faire de politique.
Son caractère entier ne lui permet pas de faire de la politique et de prendre des décisions qui vont à l’encontre de ses convictions.

Par contre il est très attentif à l’avenir de son Régiment et sait qu’il est fragile.
Il est en effet difficile; face une certaine classe politique; de justifier de l’utilité d’une unité parachutiste dans un monde en paix.
Ne dit on pas pourtant "si tu veux garder la paix, prépares la guerre" ?

Il demande à ces cadres ; aspirant pourtant au retour à la vie civile ; de rester encore un peu sous les drapeaux pour assurer la consistance et la continuité du Régiment. La toute grande majorité accepte. Ils seront l'ossature de la nouvelle unité naissante
Une école de cadres est créée. On l’appelle encore aujourd’hui la « school Para-Commando »

La dissolution du Régiment dans l’armée d’après guerre plane toujours.
Un certain Général PIRON y est particulièrement favorable.
Il verrait bien la disparition de ceux qui, en Angleterre, ont échappé à son commandement.

En Janvier 46 il déclare « tout ça doit rentrer dans l’ordre ».
« Tout ça » étant les Parachutistes SAS et les Commandos.

Le 22 Octobre 46, le Prince Régent remet leurs étendards aux Lt-Col DANLOY et BLONDEEL, le chef des bérets verts et celui des bérets rouges.

Le Gal PIRON y assiste.

DANLOY et BLONDEEL décident de le rencontrer et lui suggèrent de mettre en avant le rôle primordial de l’infanterie dans l’armée de demain.
PIRON acquiesce.
Alors ils lui font la suggestion de former une unité d’infanterie d’élite formée de Paras et de Commandos ; le Régiment Para-Commando.
Le prestige dégagé par cette unité s’étendrait sur toute l’infanterie et serait la fierté de l’Armée Belge.
Le Gal PIRON est conquis !

En 1991 le Lt-Col BLONDEEL voyant que le Régiment Para-Commando est devenu une Brigade, dit que cette entrevue avec le Gal PIRON était l’un de ses meilleurs souvenirs d’après-guerre.

Reste le problème des formations spécifiques.
En Belgique l’arme parachutiste n’existait pas et rien, ni même les avions, n’est prévu pour leur entraînement et leur formation.

Les paras continuent à être formés à RINGWAY et plus tard a UPPER-HEYFORD en Angleterre.
Tout cela à un coût et il est décidé de créer un centre d’instruction para.

En 1949 on choisi la plaine de SCHAFFEN Le Ce Para y est toujours installé de nos jours.

Des tests sont effectués avec des bombardiers aménagés à l’Anglaise et le feu vert est donné par le Gouvernement.
Plus tard le C119 deviendra, avant le C130 l'avion largueur .

C’est le vétéran Cpt VAN DER HEYDEN qui en prend le commandement et des vétérans SAS sont envoyés en Angleterre pour suivre les cours de dispatcher, plieur, spécialiste ballon.

Parallèlement, les Commandos de DANLOY s’installent à la citadelle de NAMUR dont la superstructure se voit rapidement envahie de pistes d’obstacles, de parcours de vertige, de combattant, de cordes.

Le Ce Commando migrera un peu plus tard, en 1947, vers le site plus approprié des rochers de Marche-Les-Dames, le long de la Meuse au pied du Château d'Arenberg.
Le Ce Cdo y est toujours installé de nos jours et l’instruction s’y donne toujours dans la plus pure tradition et le « spirit » des anciens d’Achnacarry en Ecosse.

Le monument d'Achncarry par ou sont aussi passé les Commandos de KIEFFER.
La devise "United we conquer" est toujours aujourd'hui la devise du 2 Bn Cdo.




Assuré de la pérénité de son unité, le Lt-Col DANLOY retourne à la vie civile en 1947.

A cette occasion, ces hommes lui offrent…une jeep willys



Il retourne à la vie civile mais reste intimement lié au Régiment au côté de son ami le Lt Col DANLOY.
Les deux « chefs » ne manquent pas une occasion de se mêler à leurs protégés.







Un épisode qui résume bien quel genre d’homme était le Lt Col Eddy BLONDEEL :

Un jour, le palais Royal a voulu, à l’instar de ce qui avait été fait pour le Lt Col DANLOY, élever le Lt Col BLONDEEL au rang de Baron.
Le lt Col, et son épouse, déclinèrent l’offre.
Interrogé au sujet de cet épisode de sa vie, le Lt Col BLONDEEL répondra

…Tout d’abord ça arrivait trop tard, ensuite j’avais 22 anciens SAS parachutés en opération en 44 à qui l’on refusait la croix de guerre.
Les 22 dossiers avaient traînés dans un bureau pendant plus d’un an et lorsque nous avons découvert la négligence, il y avait forclusion.
Malgré mes interventions, rien n’a été fait pour corriger l’erreur !
J’ai remercié vivement ceux qui m’avaient présenté mais je leur ai dit que je ne désirais pas.
Je n’allais pas me faire « baronifier » alors que 22 de mes hommes n’obtenaient pas la croix de guerre !

Le Cpt « BLUNT »; comme l’appelaient les Anglais; c’est éteint le 23 Mai 2000 après une brillante carrière civile et en ayant toujours été proche de ses Para-Commandos sur lesquels il aura toujours veillé de près.



Mr Eddy BLONDEEL était à l’opposée du cliché « rambo » du commando parachutiste. C’était avant tout ; selon ceux qui l’on côtoyé ; un intellectuel, un érudit, doublé d’un athlète.

Ne disait-il pas à ses SAS en Angleterre :

« La sueur économise le sang, un peu de cervelle économise la sueur et le sang »

De ses citations sortie de ses discours, telles que « never surrender » ou « plus est en vous », rapportées par ceux qui l’ont fréquenté, il en est une qui me plait tout particulièrement.

« Celui qui ignore l’histoire est un orphelin du passé, un ahuri du présent et un déboussolé du futur »

Eddy BLONDEEL

WHO DARES WINS







Sources:
Trimestriel "Para-Commando Aout 2000
Divers internet
arilou a écrit:
"« Celui qui ignore l’histoire est un orphelin du passé, un ahuri du présent et un déboussolé du futur »

Cette citation est simple, efficace et pleine de bon sens !!! Il a totalement raison !

C'était un sacré personnage ! Droit dans ses bottes et qui faisait passer l'intérêt de "ses" paras avant son propre intérêt. Ce n'est pas étonnant qu'il était très apprécié par eux !
jaumont a écrit:
Lt Col BLONDEEL, un homme d'honneur que tu lui rends si bien!

Merci Serge!
Mc LOS a écrit:
L’héritage des chefs (Lt Col BLONDEEL et Lt Col DANLOY)

….De nombreux hommes ont un passé glorieux et ont laissé une trace indélébile dans l’histoire militaire de notre pays, mais certains noms, comme les Lt Col BLONDEEL, DANLOY et le Général PIRON, sont restés de véritables icônes pour les soldats d’aujourd’hui.

Après la guerre, l’armée a vu naître une armée totalement différente de celle de mai 1940, profondément empreinte de la marque Britannique.

Les enseignements du passé auraient voulu que nous assistions à une modernisation et à un remaniement complet de la structure de notre armée, mais certains n’avaient toujours rien compris.

Aussi, l’énergie de quelques hommes, comme entres autres, celle des Lt Col DANLOY et BLONDEEL, vont permettre la mise en place d’une unité d’élite de Para-Commando, née avec eux en Angleterre.

Contrairement à d’autres pays ; comme la France par exemple ; au contexte colonial très tendu et qui n’est jamais vraiment sortie de la guerre, enchaînant l’Indochine, l’Algérie, l’Afrique.
La Belgique n’a plus connu de conflit après 1945 et l’utilité même d’une armée est mise en cause par certains « doux rêveurs », alors que ferait-on d’une unité « Commando parachutiste » ??!!

Cette belle unité, mondialement reconnue pour ses qualités, est toutefois née contre vents et marrées, même si le spectre de la dissolution a continué à planer de tous temps, et continue de menacer une armée continuellement remaniée et dégraissée de nos jours.

Ce sont d’abord deux unités bien distinctes de Commandos (bérets verts) non breveté parachutistes et de parachutistes (bérets amarantes) non brevetés commando, qui s’installent dans leurs quartiers et fonctionnent ensemble mais…parallèlement.
Ils n’ont alors plus cette vocation SAS telle qu’on l’entendait en 44 mais plutôt celle d’infanterie d’élite .

Les premières structures seront le 2Bn CDO et le 1Er Bn PARA directes héritières des unités d’Angleterre

Se pose alors le problème de combiner des opérations avec des gens qui ne sont pas formés au parachutisme et d’autres qui ne le sont plus aux techniques Commandos.
Certaines rivalités se font d’ailleurs ressentir. Certains Commandos, soumis à un entraînement et à une formation particulièrement rude, qualifiant les autres de simples « fantassins parachutés »

En 1952 il est alors décidé que chaque unité gardera sa couleur de béret et ses traditions, mais sera fondue en un « Régiment » ou tout homme suivra une formation commune, complète et particulièrement poussée.

Nous avons à l’époque toujours une colonie ; le Congo Belge ; et une présence militaire y est souhaitée. Les Commandos sont tout désignés. Le 4 Bn Cdo y est créé. Il deviendra par la suite un Bataillon de réserve.

En 1959 le Congo obtient son indépendance.
Il ne faudra pas longtemps pour que des troubles éclatent et rappellent à certains l’utilité d’une force d’action rapide et mobile.
En 1964 les Para-Commandos sont largués sur Stanleyville et Paulis avec les troupes US.
Leur intervention efficace et rapide sauvera des milliers de vies.
Ce sera cependant le dernier saut opérationnel du Régiment.

D’autres déploiements opérationnels suivront, jusqu’à nos jours, mais plus de largages.

Des deux bataillons initiaux le Régiment s’est étoffés au fil des ans par l’ajout de nouvelles unités ; 4 Bn Cdo (ensuite réserve), 3 Bn Para, Escadron Recce para, Batterie Para-Commando et une compagnie ESR équivalent des SAS de 44 appelés de nos jours Spécial Forces.
Cette structure a encore évolué de nos jours avec la disparition de certaines unités telle que le 1 para et l’escadron recce, mais ça…c’est une autre histoire.

A l’époque que j’ai connue (ça a légèrement changé de nos jours) chaque candidat ayant satisfait aux tests de sélection suivait une formation de base de Para-Commando à Marche-les-Dames, au camp de WARTET durant 3 mois.
Le rythme y est soutenu mais progressif. On développe le physique et le « spirit » nécessaire pour la suite du programme.

Ensuite le candidat « descendait » au Château à la « compagnie Camp » pour y suivre sa formation de Commando durant 4 semaines.
Ces 4 semaines se font dans le respect des traditions d’Ecosse.
On dors très peu et sur des paillasses de paille, en tente, au pied du Château d’Arenberg.
Les exercices, escalades, marches, instructions, franchissements d’obstacles naturels, rivières, rochers, combat rapproché, se suivent à un rythme infernal.
La 4 éme semaine a lieu le raid final de synthèse.

Quelques photos des diverses époques d'après-guerre











Une "speed march" dans les années 50



L'alignement des tentes au camp Commando dans les mêmes années



Le site de Marche-les-Dames averc le Château d'Arenberg



Le death ride



La dague Commando fairbarn sikes fait toujours partie de la panoplie par tradition.



Au bout : le béret de couleur. (vert ou rouge selon l’unité d’affectation) et le brevet Commando





Ensuite direction SCHAFFEN au Ce Para pour le brevet para pendant 4 semaines. On y mange bien et surtout on y récupère des 4 semaines de camp.
8 sauts. 5 de ballon dont 1 avec matériel , 3 d’avion (C130) dont 1 de nuit.















On y pratique encore le saut de ballon captif dans la tradition de RINGWAY.






Go ! ...331,332,333....

http://www.youtube.com/watch?v=8spq0p2YNrY&feature=player_embedded

http://www.youtube.com/watch?v=E6RKIHLRCSU&NR=1

Un saut de C130

http://www.youtube.com/watch?v=2jKpYAn6www

Au bout : les wings para.



Enfin une superbe vidéo de promotion et de recrutement des années 80 (aah le bon temps...) qui résume assez bien tout le parcours)

http://www.youtube.com/watch?v=kX0X4_dRuO0

Ensuite le Para-Commando breveté rejoint son unité pour perpétuer l’œuvre des anciens.

Le « spirit » est un terme né en Angleterre au sein de ces unités et qui traduit des notions telles que « camaraderie », « force mentale », « abnégation », « dépassement de sois » et c’est peut-être ça ... l’héritage des chefs.
Mc LOS a écrit:
Pour compléter, une petite vidéo des "british pathé" que viens de m'envoyer un ami. Elle montre les Commandos Belges à l'entraînement dans les années d'après-guerre à Marche-Les-Dames.

Regardez bien le matos, c'est du bon Shocked(Sten , Denison Smock, BD)

http://www.britishpathe.com/record.php?id=62665
Goody a écrit:
Jolie cette vidéo Shocked
waco a écrit:
franchement oui un sacré boulot ,felicitation tardives serge Embarassed
Tititank a écrit:
Salut,merci Sergio pour ce magnifique reportage!!!A+Tititank
Tititank a écrit:
Salut,pour toi Sergio,voici une video de djibouti au centre d 'entrenement commando de la légion au camp myriam et (la voie de l'inconscient)que 'jai fait en 1986 ( pas la video ) bien sur!!!A+Tititank

http://www.dailymotion.com/video/x5frrj_saison-froide-a-djibouti-legion-etr_sport
Mc LOS a écrit:
1986, mon année d'incorporation également...

Je connais bien la réputation du CEC Myriam (jamais fait )
Du très costaud.
A 2'30 sur la vidéo; la tentative de rétablissement sur le simple cable crawl...du vécu qui fusille les bras au bout de trois tentatives.

J'ai fait mon brevet Commando Français au CEC 26RI à Pont-Saint-Vincent (près de Nancy) en 1988.
C'était au fort PELISIER. Ce CEC n'existe plus depuis.
C'était moins ensoleillé que Djibouti... Very Happy
Mc Los
Tu peux lire les deux ouvrages suivants : "Six Amis viendrons ce soir" écrit par un des premiers SAS Belge Gilbert Sadi Kirchen. Mais aussi : "Acrobates sans importances" écrit par Jean Temermans.
Je ne sais pas si tu peux encore te les procurer (ils sont devenus une denrée rare).
Pour ce qui est d'une jeep, j'en ajoute une photo ci-après :
https://fbcdn-sphotos-g-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash3/q71/1075707_10201440233676636_1995407837_n.jpg
Le pilote de cette jeep était mon Papa
Amicalement
bonjour Dan Oldtime,

comme il est de coutume sur un forum, merci de passer par la case présentation

voici le lien

http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org/f32-presentations

merci

mirabelle
Revenir en haut Aller en bas
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org
Gliderpilot50
Admin


Messages : 11693
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: L’épopée des SAS Belges et de leur leader, le Cpt « BLUNT » BLONDEEL (HISTORIQUE 2011)   Dim 6 Oct - 16:58

mc los a écrit:
Bonjour Dan Old time.

J'ai lu le premier bouquin sur les récits du Lt KIRCHEN mais je ne connaissais pas le second.
Je connais aussi cette fameuse photo mais j'ignore malheureusement les noms des hommes qui y figurent.

Merci.

Voici le lien pour la présentation sur le forum.

http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org/f32-presentations
Dan Oldtime a écrit:
Salut Mc Los,

Le Cpt Gilbert Sadi Kirschen était avocat au civil.
Pour la Photo, je n'en connais que deux noms : le sergent Van Uffelen (derrière le couple de Vickers) et le Caporal Edgard Vieuxtemps (chauffeur de la Jeep, mon père)

Cette photo fut prise le 24 Août 44 durant l'Opération Noah.

Pour ce qui est de la présentation...c'est fait :-)

Paramicalement

Dan
mc los a écrit:
Merci Dan Wink
Très honnoré de découvrir votre papa sur cette photo.

Si vous avez des choses à partager sur ce sujet n'hésitez surtout pas.
five-0-deuce a écrit:
merci pour ce partage Dan.
n'hésiter pas à nous faire le récit du périple de votre papa et de son équipe SAS.
Tranchant Benoît a écrit:
Merci les gars je viens de découvrir le sujet...
Des plus complets, bravo !!!! Et merci encore!!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L’épopée des SAS Belges et de leur leader, le Cpt « BLUNT » BLONDEEL (HISTORIQUE 2011)   Aujourd'hui à 1:13

Revenir en haut Aller en bas
 
L’épopée des SAS Belges et de leur leader, le Cpt « BLUNT » BLONDEEL (HISTORIQUE 2011)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L’épopée des SAS Belges et de leur leader, le Cpt « BLUNT » BLONDEEL (HISTORIQUE 2011)
» bateaux de transport de troupes belges à la ww2 ???
» La Grande épopée des petits pois
» Marsouins dans les eaux Belges
» Nouveau maillot du Stade Rennais - L'épopée Breizh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CARENTAN LIBERTY GROUP :: AIRBORNE STORIES :: SAS and Special forces-
Sauter vers: