CARENTAN LIBERTY GROUP

forum du Carentan Liberty Group
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mc los



Messages : 2630
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 48
Localisation : HEUSY, Wallonie, BELGIQUE

MessageSujet: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Dim 24 Aoû - 14:53

SUR LES TRACES DE « Cooney Party 401 »
Seconde partie

Comme cela était prévu ; pour la seconde année  consécutive ; nous avons marché sur les traces de « cooney party 401» en Bretagne nord.

Nous avions reconstitué la première partie de leur périple l’an dernier ; laissant les 3 SAS en bivouac clandestin à quelques kilomètres au sud de la voie ferrée Guingamp- Saint-Brieuc.
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org/t1937-cooney-party-401-reconstitution

On sait peu de choses sur les déplacements et les actions de ce groupe de saboteurs mais on sait que leur périple passe par la région de Saint-Fiacre ou ils se sont établis au sein du maquis local durant une période indéterminée.
Fin Juin ils retrouvent le SAS SICARDY, échappé et isolé après la chute de SAMWEST le 12 Juin.

On les retrouve ensuite dans la région de Loudéac et enfin, début Août, à Merdrignac ; soit au Sud-Est de Saint-Fiacre ; ou ils participent à la libération de la cité du centre Bretagne.

On peut donc raisonnablement supposer que suite à la chute de SAMWEST les 4 SAS aient logiquement changé le cap au Sud (peut-être pour rejoindre DINGSON) et ensuite au Sud-Ouest (après la chute de DINGSON le 18 Juin, ou sur ordre, nous ne pouvons pas le déterminer avec certitude).

Des 4 que nous aurions du être pour cette reconstitution, nous avons malheureusement été réduits à 2, Mikael LE DISEZ et moi-même.
FOD et Arilou ayant quitté le navire dès Juin pour raison d’indisponibilité.
D’autres reconstitueurs sollicités en dernière minute n’ont malheureusement pas répondu favorablement à notre invitation, ayant déjà leur propre agenda à cette époque.
La décision difficile d’annuler un projet prévu et préparé de longue date paraissait inévitable.
Finalement, deux semaines avant l’échéance, seuls Mike et moi décidons de poursuivre l’aventure malgré tout, et à effectifs réduits.
Nous décidons donc de nous lancer dans cette seconde étape de 10 Km qui devait nous mener à Saint-Fiacre.

Pour ne pas surcharger nos sacs comme l’an dernier ; notamment en eau et conserves; j’avais déjà déposé des « dumps » d’eau et de vivres sur nos points de passage et de bivouac.
Nous n’avions dès lors en termes de nourriture dans nos bergams qu’une ration 24 heures constituées de barres énergisantes et de biscuits ainsi bien entendu que tout le matériel opérationnel réglementaire, portant déjà leur poids à au moins 20 Kgs.
Aucun équipement moderne ; hormis une boussole et une carte IGN ; n’était évidemment toléré.

L’idée était d’établir un bivouac clandestin dès le vendredi soir et d’y passer la nuit.
L’étape devait être effectuée le samedi jusqu’au point de bivouac final.

Comme si les changements de dernières minute n’avaient pas suffit, c’est cette fois la météo qui joue les trouble fête.
Le bulletin météo du mercredi annonce en effet  un passage orageux avec de fortes pluies pour le vendredi soir.
Le samedi devrait cependant être sec.
Dans ces conditions, impossible de bivouaquer sous un morceau de voilure de parachute.
Il faut une nouvelle fois sauver le projet et je pars donc en reconnaissance sur les lieux de bivouac de départ à la recherche d’un abri de fortune quelconque pouvant nous abriter pour la nuit.
Ne trouvant rien, je décide d’y aller au culot.
Je repère une fermette transformée en grange ; bien dans son jus ; et je décide de prendre contact avec un homme qui fend du bois à proximité, et que je suppose être le proprio.



Je me présente et j’explique ouvertement l’objet et le but de notre marche à ce monsieur d’un certain âge qui à ma grande surprise accepte immédiatement ; sans hésitation et sans contre partie ; de nous laisser ce bâtiment pour la nuit.
Il s’avère que le propriétaire du bâtiment est un retraité de l’armée de l’air.
Le bâtiment avait jadis servi de maison d’habitation à sa belle-mère, avant de servir de grange.
Vieilles pierres ; paille ; machines agricoles ; le décor est parfait, on ne pouvait pas rêver mieux.
Mais le meilleur reste à venir…

Lorsque nous nous présentons sur place le vendredi soir vers 1900 hrs; la pluie battante est en effet au rendez-vous, comme prévu, et nous sommes heureux de bénéficier de cet abris de fortune.
Mr PUIL; Le propriétaire; vient nous saluer et c’est avec quelques bières belges que nous le remercions de son hospitalité.
Nous voilà à discuter d’histoire autour d’une mousse dans la grange, sous la pluie battante.



Mr PUIL connait les grandes lignes des opérations SAS en Bretagne, mais ne maîtrise pas le sujet.
Il est par contre intarissable sur les histoires locales de résistants ; et surtout de « faux résistants » ; révélant des facettes parfois troubles et encore très sensibles de la résistance en Bretagne profonde ou certains on parfois confondu lutte contre l’envahisseur avec combat politique; voir même banditisme pur et simple, reléguant parfois les vrais résistants à l'anonymat.
Des proches de notre hôte ont manifestement été victimes de ces dérives.

C’est alors qu’il nous cloue littéralement sur place par une simple anecdote.
Mr PUIL dit se souvenir que sa belle-mère avait caché chez elle 3 militaires français qui avaient fait sauter la voie ferrée à PLOUAGAT ( !!)
Il va sans dire qu’il ne connaît rien de l’existence même de « cooney party 401 »
A moins d’une grosse coïncidence ; il ne peut donc que s’agir d’un coup de chance incroyable !
Nous nous apprêtions donc à passer la nuit dans la maison-même qui avait hébergé jadis le Lieutenant VIAUD et ces hommes
Partant d’un itinéraire approximatif; basé sur des bribes d’informations et des probabilités; nous voilà par un hasard incroyable à l’endroit exact d’une véritable étape de leur périple.

Après un repas chaud, la pluie cesse soudain, laissant place à une belle lune presque pleine et un calme total, comme on ne peut le trouver que dans ces belles campagnes profondes .
Seuls les appels de quelques chouettes nichées autour de notre abris, à quelques dizaines de mètres l’une de l’autre, vont bercer notre nuit éclairée par une belle lune.



Par moments, quelques souris se chamaillent sous la paille.
Pour rien au monde nous n’aurions échangé une nuit au « Hilton Palace» contre cette nuit sur la paille ; coincés entre deux charrues.



Samedi :

Forts de notre expérience et vu notre moyenne horaire de l’an dernier, c’est de bonne heure que nous nous sommes levés après une bonne nuit de sommeil.
A 07:30 hrs ; après un petit déjeuner frugal et une tasse de café chaud ; nous voilà partis sous un ciel bleu, à peine entaché de quelques nuages inoffensifs.

Toute la progression s’est effectuée « clandestinement » ; soit en évitant scrupuleusement routes et chemins carrossables.
80% de la progression se sont ainsi effectués en azimut, à travers tout, et régulièrement aidé de la machette; d’innombrables obstacles naturels et clôtures ralentissant sensiblement notre progression et la rendant souvent pénible.





Comme l’an dernier, l’exercice ; avec un relief digne des Ardennes en fin de parcours ; est rapidement devenu un réel défit physique qui n’était pas pour nous déplaire et ajoutait au réalisme de la reconstitution.
J’avais toutefois bien fait de prévoir une distance d’étape modeste.

Le but de la manœuvre étant de réaliser un reportage photo, nous avons fait de notre mieux pour en faire un maximum, mais à deux il est difficile de donner l’illusion du nombre.
Le Lt VIAUD n’apparait sur aucune photo, il faut en déduire qu’il était le photographe.

Pour apparaître à deux sur la photo, nous étions obligés d’utiliser un trépied et le retardateur, ce qui était assez fastidieux.

Nous avons finalement bouclé l'étape de 10 km assez rapidement puisque vers 1400 hrs nous étions arrivés au point de bivouac.
Même si nous aurions encore été capables de parcourir 5 km de plus, mon corps m'a tout de même rappelé que je n'avais plus 20 ans.

Place au reportage photo.

_________________


Dernière édition par mc los le Dim 24 Aoû - 16:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
mc los



Messages : 2630
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 48
Localisation : HEUSY, Wallonie, BELGIQUE

MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Dim 24 Aoû - 15:44

A cours de vivres et traqués de toutes parts, les équipiers de « Cooney Party 401 » sont contraints de prendre contact avec l’habitant.
La présence du SAS GOARDON ; un rude Finistérien ; devrait favoriser ces contacts.
Après une première nuit passée dans les bois, c’est cette fois dans une ferme et sur une paille sèche que les SAS s’apprêtent à passer la nuit.







Les vêtements trempés de sueur sont étalés et peuvent pour la première fois sécher.



Après avoir pris un premier repas de vivres frais issus de la ferme, ils préparent l’itinéraire du lendemain.






On fait le point ainsi que l’inventaire des munitions et explosifs.
Les hommes ne disposent plus que du minimum ; quelques grenades ; la dotation de base en chargeurs de Cal .30 ainsi qu’en chargeurs de Cal .45 ; juste de quoi couvrir un court combat défensif en cas d’accrochage.
Tous les explosifs ont été épuisés pour le sabotage de la voie ferrée.
Il  devient urgent  de se rééquiper au plus vite, car la route pour la base ; établie en forêt de DUAULT ; est encore longue et périlleuse.





L’habitant est en contact avec un maquis local, qu’il ravitaille au passage; le maquis de Saint-Fiacre.
Ce site étant situé sur l’itinéraire ; la décision logique est donc prise par le Lt VIAUD de rentrer en contact avec ces patriotes dès le lendemain, avant de rejoindre la base SAMWEST comme prévu.

Afin de ne pas mettre en danger leurs hôtes, les SAS écourtent au maximum leur séjour dans cette grange accueillante et confortable.
Dès l’aube, l’équipe se met en branle et prend la route après un rapide petit déjeuner qui aura définitivement raison des dernières rations de combat.





Les allemands sont partout sur les dents.
Alertés par les actes de sabotages simultanés dans toute la région et l’activité anormale de la résistance locale ; enhardie par les nouvelles encourageantes de Normandie diffusées par Radio Londres.
Tout cela n’est pas pour simplifier l’infiltration de Cooney Party 401, dont l’itinéraire doit éviter toute route; toute habitation et tout chemin.
Lourdement chargés; toujours sur le qui vive; la difficile progression à travers la dense végétation bretonne se poursuit.





Panneaux de signalisation ; carrefour routiers ; villages ; les SAS ne disposent d’aucun de ces repères  pour s’orienter.
Seule la boussole leur permet de garder le cap.



Les interminables marches d’orientation effectuées dans les landes et montagnes d’Ecosse ; qu’ils ont parfois maudites ; révèlent ici toute leur utilité.



Profitant de l’abri d’un profond chemin creux, les hommes se rafraîchissent  dans l’eau limpide et fraîche d’un ru.





Les obstacles naturels se succèdent et usent les hommes, souvent tentés de céder à la facilité des chemins au risques d'être surpris par une patrouille ennemie.
La devise "plus de sueur, moins de sang" les rappelle à l'ordre.





Pendant que le Lt VIAUD et le Sgt CARRO font le point carte, le SAS GOARDON profite de la fraîcheur d’une petite grotte pour souffler un peu.



L’objectif est maintenant à portée de fusil mais il reste un effort considérable à fournir pour franchir une profonde vallée barrée par une rivière.
Le Sgt CARRO prend l’azimut final avant d’entamer la descente vers le fond de la vallée.





Le dénivelé est raide et la végétation dense, il n’est pas simple de garder le cap pour ces derniers 500 mètres.
L'équipe entame la descente abrupte.





Les SAS doivent maintenant éviter deux dangers ; les allemands et celui de surprendre un guetteur du maquis un peu trop nerveux.

Un arbre abattus en travers de la rivière fera un parfait « pont de singe » et permettra de la franchir les pieds au sec, mais moyennant un nouvel effort physique.
Là aussi les parcours d’obstacle, sans cesses pratiqués en Ecosse, portent leurs fruits.

L’ascension finale est épuisante sur une pente parfois à la limite de la verticale rappelant celles du Ben Nevis.











L’objectif est atteint. Une bâtisse abandonnée sur le plateau, indiquée par leur hôte la veille.
C’est là que l’équipe à rendez-vous avec le chef du maquis de Saint-Fiacre.



L’équipe est maintenant en relative sécurité en territoire ami et peut enfin relâcher un peu la tension et poser le sac.



Le contact est établi avec les maquisards (quelques reconstitueurs auraient été les bienvenus pour reconstituer cet épisode…).

Le chef du maquis peut confirmer que la voie ferrée Guingamp- Saint-Brieuc est durablement bloquée.
Le sabotage de la voie a provoqué le déraillement d’un train et un encombrement colossal.
Cette nouvelle encourage les trois parachutistes.

Les patriotes sont surexcités ; surtout les plus jeunes, dont certains ont à peine 16 ans.
Ils veulent en découdre et se sentent pousser des ailes à la vue de ces parachutistes Français.
Les SAS ont beaucoup de mal à tempérer leurs ardeurs, d’autant qu’ils constatent à l’évidence qu’ils ne sont pas organisés ni suffisamment armés pour affronter un ennemi rompu au combat.
Par ailleurs il semble que les contacts avec les autres maquis locaux ne soient pas des plus simples, ni des plus collégiaux.
Un maquis voisin, celui de PLESIDY, aurait été mis en contact avec une équipe de trois agents parachutés. Un anglais, un américain et un Français.
Un parachutage d’armes et de munitions serait à l’étude par l’intermédiaire de ces agents.

Quoiqu’il en soit, la décision est prise de passer quelques temps sur place et de préparer minutieusement leur infiltration vers SAMWEST .
La bergerie devient notre cantonnement pour quelques temps.



11 Juin

Un contact radio a été établi à l’aide du récepteur MCR1.
Le chasseur GOARDON décode les informations et notamment les coordonnées exactes de la base SAMWEST.
( le poste récepteur MCR1 "biscuit" est un modèle belge après guerre (fin années 40). Seule la forme de deux boutons le différencie du modèle de guerre. La batterie sèche est un bricolage "maison". La carte est une carte de Bretagne d'origine britannique éditée en 1943)



12 Juin

A l’heure prévue l’équipe se met à l’écoute radio.
Les nouvelles sont mauvaises, la base SAMWEST est grillée !
Après un accrochage la veille au soir, la base a été prise d’assaut ce jour et les SAS et maquisards ont du rompre le combat et se retirer.
Changement de cap pour Cooney party 401. Il s’agit maintenant de rejoindre la base DINGSON établie dans le Morbihan.



Le jour du départ n’est pas encore fixé mais on étudie déjà le meilleur itinéraire pour quitter le plateau.



Des voies d’exfiltration doivent aussi être reconnues en cas d’attaque ennemie.



Les hommes doivent prendre des forces et augmenter leur dotation en munitions car il leur faudra encore plusieurs jours de progression en territoire ennemi pour rejoindre la base sud….

_________________


Dernière édition par mc los le Lun 25 Aoû - 17:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
mirabelle écoute



Messages : 3516
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 43
Localisation : Au pays des fayots

MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Dim 24 Aoû - 19:00

super Serge, quelle rencontre !
vivement la suite  bounce 

_________________
Fighting Sixth !
 
 
« Quand on fait quelque chose, on provoque des critiques chez trois catégories de personnes : 1) celles qui font la même chose ; 2) celles qui font le contraire ; 3) et surtout celles qui ne font rien.  »
 
Georges S PATTON Jr
Revenir en haut Aller en bas
mc los



Messages : 2630
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 48
Localisation : HEUSY, Wallonie, BELGIQUE

MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Dim 24 Aoû - 19:09

Merci Manu.
La suite c'est pour Août 2015...si Dieu le veut.

Avec Mike on est de toutes façons partant, mais il faudrait étoffer l'effectif.

J'ai déjà plusieurs idées en magasin  Wink 
Après tout dépendra de la disponibilité et surtout de la volonté des gens.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
mirabelle écoute



Messages : 3516
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 43
Localisation : Au pays des fayots

MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Dim 24 Aoû - 19:18

mc los a écrit:
J'ai déjà plusieurs idées en magasin.

aucun doute là-dessus, tu vas bien trouver une vieille voie de chemin de fer à faire péter  lol! 

ça me botterait bien la Bretagne en SAS vu que j'ai un peu de matos (me manque encore le battledress modèle 1937 que je ne trouve pas à ma taille), mais je ne veux pas bouffer de rats crevés  lol! 

En août, ce n'est pas évident avec les congés (on est que 3 dans le services). Faudrait inverser mais j'y crois pas trop.

_________________
Fighting Sixth !
 
 
« Quand on fait quelque chose, on provoque des critiques chez trois catégories de personnes : 1) celles qui font la même chose ; 2) celles qui font le contraire ; 3) et surtout celles qui ne font rien.  »
 
Georges S PATTON Jr
Revenir en haut Aller en bas
GOODY



Messages : 259
Date d'inscription : 26/11/2012
Age : 49
Localisation : Région Rouennaise

MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Dim 24 Aoû - 19:20

Superbe reportage serge! cheers  Un régal!

Il est vrai que certains résistants ont parfois abusés de leur statut de "résistant" en pillant des fermes bretonnes dont certains étaient parfois revêtue de l'uniforme des SAS (battle dress, pantalon para et brodequins) grâce au largage par containers.

En tout cas, bravo à vous 2. Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
mc los



Messages : 2630
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 48
Localisation : HEUSY, Wallonie, BELGIQUE

MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Dim 24 Aoû - 20:12

Merci Goody.

Oui, je me suis intéressé de plus prêt à la résistance en Bretagne à travers mes lectures et on constate en effet que ce n'est pas aussi simple qu'une belle épopée chevaleresque telle qu'on voudrait pouvoir la résumer.

Cela n'enlève rien à LA résistance bretonne, car elle a bel et bien existé et était particulièrement active, mais elle a été entachée de nombreuses dérives.

Entre nationalistes bretons; vichistes; gaulistes; communistes; opportunistes; patriotes et simple truands, le pire a côtoyé le meilleur; le véritable héros a côtoyé la crapule.
Il y a des histoires grotesques et honteuses comme des vols entre maquis de matériel largués; parfois même des dénonciations entre maquis de courants politiques différents; jusqu'à bien entendu des purs méfaits de truands déguisés en résistants ou se faisant passer pour tel (rançonnage de fermier, meurtres, pillages, vols)
Non contents de devoirs combattre quatre ennemis (les Allemands; les miliciens de Vichy; les indépendantistes du bezen perrot et les collaborateurs) les résistants se battaient entre eux.

Malheureusement, ce sont souvent les vrais héros; les résistants de la première heure; qui sont aussi les moins connus, car les plus discrets. Ils sont souvent absents des récits et livres d'histoire.
Mais la mémoire locale; comme ce Mr PUIL; ne les a pas oublié.

Après il faut aussi faire la part des choses, car même l'influence de l'écrivain ou de l'historien peut jouer.
La même histoire rapportée par deux écrivains différents reflète parfois très clairement cette influence.

Ce côté obscur de la "résistance" a existé partout (mon grand-père n'a jamais été à aucune cérémonie; même à celles ou il devait être décoré; parce que; comme il disait; c'est rempli d'imposteurs qui n'ont été résistant que les 5 dernières minutes de la guerre. On y trouve même des collabos qui ont les mains pleines de sang).
Mais cette lutte intestine était peut-être plus prononcée et compliquée en Bretagne en raison de son statut particulier d'une région qui se cherchait toujours un avenir entre France et Duché de Bretagne.

On sent qu'aujourd'hui encore ce sujet est brûlant et pourrait rapidement raviver de vieilles rancœurs.

Mike me racontait encore, peu après notre périple, qu'une vieille femme de son village venait d'être inhumée en toute discrétion parce qu'elle était une ancienne collaboratrice, responsable de la mort de plusieurs jeunes résistants de l'époque.
Certains refusaient même de l’inhumer dans le cimetière du village et la question a divisé les autorités actuelles.
C'est dire comme le sujet est encore chaud !

_________________


Dernière édition par mc los le Lun 25 Aoû - 7:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Docteur Chaudard



Messages : 1465
Date d'inscription : 26/11/2012
Age : 58
Localisation : Dans ch'Nord

MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Lun 25 Aoû - 6:18

Absolument magnifique
Revenir en haut Aller en bas
mc los



Messages : 2630
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 48
Localisation : HEUSY, Wallonie, BELGIQUE

MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Lun 25 Aoû - 7:57

Merci Doc  Wink 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
mimi



Messages : 2312
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 48
Localisation : la belle ville de Cherbourg

MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Lun 25 Aoû - 10:26

super reportage Serge , bravo à vous , bisous Mimi
Revenir en haut Aller en bas
mc los



Messages : 2630
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 48
Localisation : HEUSY, Wallonie, BELGIQUE

MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Lun 25 Aoû - 13:48

Merci mimi Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Super résistant



Messages : 530
Date d'inscription : 26/01/2012

MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Lun 25 Aoû - 15:42

Superbe ! Bravo à vous deux.
Maintenant il va falloir attendre un an pour la suite de cette magnifique reconstitution photos Crying or Very sad mais assez de temps pour un recrutement plus complet.

_________________
"Chantez, compagnons, dans la nuit la Liberté nous écoute..."
Revenir en haut Aller en bas
mc los



Messages : 2630
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 48
Localisation : HEUSY, Wallonie, BELGIQUE

MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Lun 25 Aoû - 16:40

Merci Michel.

Je l'espère oui. C'est important d'avoir le nombre de reconstitueurs pour rester totalement cohérent avec le sujet.
On espère trouver des gens motivés; disponibles et surtout qui tiennent leurs engagements, parce que j'ai rencontré plein de gars "super intéressés"....ensuite s'est "silence radio"
Avoir des civils en complément pour certains moments serait un "plus" très appréciable; mais là il faut déjà voir un peu plus grand.
Comme je le disais, les idées ne manquent pas.
Après il faut réunir des personnes autour d'un même but, et au même moment. Pas simple !

Cependant, je suis déjà très content que nous l’ayons fait à deux; grace à Mike; parce que personnellement je n'étais pas partant si on ne réunissait pas le nombre exact de reconstitueurs.
Au final nous avons passé un excellent moment d'immersion du début à la fin, tout en en "chiant" bien par moment.
Je connaissais déjà bien Mike, et je savais que c'était un partenaire idéal pour ce genre d'aventure; comme Pierrick d'ailleurs; il l'a prouvé l'an dernier.
Le soir j'étais bien vidé et j'avais des jambes de vieillard, mais le lendemain j'avais bien récupéré et j'avais déjà envie d'y retourner pour une autre étape.

C'est ça la reconstit comme je l'aime.
"vivre" une partie de l'histoire en étant le plus proche possible du contexte historique; sur les lieux mêmes des faits et en utilisant tout le matériel dans des conditions réelles; ou proches du réel.

Là on se rend vraiment compte des avantages et inconvénients du matériel.
On est parfois surpris de leur qualité pour l'époque.
Ils ne connaissaient pas le Goretex ni le Ripstop ou encore le nylon mais ils avaient déjà du matos costaud.

A ce sujet; chapeau bas au Bergams qui ont supporté la charge et les nombreux chocs et manipulations.

On se rend bien compte par exemple des avantages et des inconvénients des tenues en laine.
Beaucoup trop chaud en été, dès qu'on bouge. On sue comme des bêtes, c'est terrible !
Par contre très très résistant à l'abrasion et isolant de l'humidité et du froid.
Si nous avions fait ce périple en azimut avec des M42, on aurait fini en short après le premier roncier !
Par ailleurs, la végétation était encore trempée de la veille et après seulement 500 mètres nous étions trempés de la tête aux pieds.
La laine mouillée ne transmet pas cette sensation de froid et d'humidité comme le ferait la toile ou le coton qui se colle à la peau.
Inconvénient: ça met des heures à sécher, contrairement à une toile plus légère comme la HBT par exemple.

Ce genre d'expérience est un véritable laboratoire Very Happy

_________________


Dernière édition par mc los le Lun 25 Aoû - 20:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
TAYLOR



Messages : 2037
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 51
Localisation : NORMANDIE

MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Lun 25 Aoû - 16:44

bravo a vous deux! les images en noir et blanc nous plonge dans ce film
encore merci pour ce partage

_________________
CAPTAIN.
Revenir en haut Aller en bas
mc los



Messages : 2630
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 48
Localisation : HEUSY, Wallonie, BELGIQUE

MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Lun 25 Aoû - 16:49

Avec plaisir Frédo.  Wink

Je mettrais aussi quelques photos couleurs pour compléter.

Nous aurions voulu faire encore beaucoup plus de photos, mais c'est vraiment fastidieux (surtout à deux) de sortir et remettre l'appareil photo en plein effort et souvent en équilibre sur un terrain difficile.
Il faudrait presque être accompagné d'un photographe.

L'année prochaine je penserai aussi à embarquer une mini caméra, car là j'ai juste fait deux petites séquences avec mon Iphone.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
five-0-deuce



Messages : 298
Date d'inscription : 25/01/2012

MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Lun 25 Aoû - 23:38

me revoilà! on a internet à la maison

Serge, c'est absolument d'enfer!! et si cela s'avère véridique, le fait d'avoir dormi dans cette petite ferme ou est passé le coney party 401, est dingue!!

merci pour ce récit.
Revenir en haut Aller en bas
bergamotte



Messages : 705
Date d'inscription : 25/09/2012
Age : 67

MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Mar 26 Aoû - 8:50

merçi Serge , super reportage bravo à vous
bergamotte
Revenir en haut Aller en bas
mc los



Messages : 2630
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 48
Localisation : HEUSY, Wallonie, BELGIQUE

MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Mar 26 Aoû - 17:41

Avec plaisir Wink

Oui Pierrick; l'information ne peut malheureusement plus être vérifiée puisque les beaux-parents de Mr PUIL sont décédés.

Ca peut paraître totalement fou, mais il a bien parlé de "soldats français" (sans préciser SAS, car ni lui ni sa belle-mère ne savait ce qu'étaient le Special Air Service), mais il n'a pas parlé de "résistants".
Il parlait donc bien de militaires.
Hors à cette époque il ne pouvait s'agir que de SAS ou de "Jeds".
A moins que d'autres "soldats français" que l'équipe "cooney 401" aient également fait sauter cette voie au même endroit; ce qui serait une coïncidence tout aussi incroyable;il ne peut que s'agir du Lt VIAUD et de ses hommes.

Ce n'est cependant rien de plus qu'un raisonnement par élimination, il faut le reconnaitre, et on ne peut donc pas l'affirmer avec certitude.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Andre Jans



Messages : 22
Date d'inscription : 10/11/2013
Localisation : Hoogeveen, NL

MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Dim 7 Sep - 9:43

Tres bien! Serge.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/who.dares.wins.reenactment?fref=ts
mc los



Messages : 2630
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 48
Localisation : HEUSY, Wallonie, BELGIQUE

MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Lun 8 Sep - 17:47

Merci André ! Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie   Aujourd'hui à 21:19

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cooney party 401. Reconstitution
» Sur les traces de "Cooney Party 401", seconde partie
» Questions sur le pécule - seconde fraction
» Les OGM, une seconde Révolution Verte. Sera-t-elle aussi meurtrière ?
» debut de regime soit seconde vie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CARENTAN LIBERTY GROUP :: AIRBORNE STORIES :: SAS and Special forces-
Sauter vers: