CARENTAN LIBERTY GROUP

forum du Carentan Liberty Group
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  Il y a 68 ans, Torch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gliderpilot50
Admin


Messages : 11694
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 22

MessageSujet: Il y a 68 ans, Torch   Jeu 8 Nov - 21:47

gennaker a écrit:
8 novembre 1942, les Américains attaquent par la face sud ; débarquement en Afrique du Nord.
gennaker a écrit:
Et la phase Airborne de l'opération...
gennaker a écrit:
Operation Torch (8 novembre 1942) ; premier et plus long saut de combat de l’Armée US

En été 42 à Washington, a été conçu le plan d'invasion de l'Afrique du Nord. Ce plan était une alternative au plan initialement prévu d'invasion de l'Europe. William Pelham Yarborough, l’un des grands artisans de l’organisation des premiers bataillons aéroportées US est désigné « Airborne planner » aux côtés d’Eisenhower et Mark Clark pour la partie Airborne de l’opération Torch. Il prend ses fonctions à Londres en juillet 42.
Le 1er octobre, le 2/503rd fut désigné pour entrer en Afrique du nord. Pour accomplir cette mission, les 556 paras devaient voler sur plus de 1600 miles (2500 km) depuis Land's End en Angleterre jusqu'à Oran

Alors assistant du Général Eisenhower, le général Mark Clark débarque secrètement d’un sous marin en Afrique du Nord pour rencontrer les représentants français. La police française empêche cette rencontre.

Operation Torch : 107 000 hommes prévus pour débarquer en trois task Force :
La Western Task Force en provenance directe des USA avec 35 000 hommes débarquera à Casablanca.
- Center Task Force : 39 000 américains débarquera à oran e provenance d’Angleterre.
- Eastern task Force, 33 000 Américains et Britanniques débarquera à Alger en provenance d’Angleterre.

1ere opération aéroportée US de la wwII.
Le 2/503rd (qui deviendra 2/509th le 2 novembre 42) PIB en collaboration avec le 60th Troup Carrier Group devaient voler des bases du sud de l'angleterre Land'sEnd) pour Oran et capturer et sécuriser les aéroports aux alentours.
A cause de la situation politique instable, deux plans d'opérations ont été initialement prévu :
« War plan » : il était prévu un largage sur les objectifs à 1h00 le 8 novembre pour les sécuriser.
« Peace plan » : les avions atterrissaient directement sur l'aéroport de LA SENIA à 5h00, le 8 novembre.


Le war plan à été initialement prévu pour préparer aux mieux la mission et toutes les éventualités. La maximum de précautions ont été prévu pour éviter d'ébruiter la mission. Initialement seuls le commandant du bataillon et quelques officiers connaissaient la mission. Au dernier moment les détails ont été révélés mais très peu de paras ne connaissaient ni l'endroit ni la date.
Des plans et de maquettes des aéroports ont été étudiés. L'entrainement s'accéléra mais cette mission posa de nombreux problèmes. En effet, les pilotes n'avaient pas l'habitude d'effectuer de si longue mission au dessus de territoires hostiles et en pleine nuit. Et les paras ne purent que peu s'entrainer avec les pilotes en raison de l'utilisation des pilotes pour d'autres mission mais aussi du au fait qu'il n'y avait pas de zones de vol assez grandes en Angleterre.

Les paras et le Air Corps purent effectuer qu'une seul entraînement longue distance sur l'Irlande. A cause du mauvais temps, l'entraînement ne fut une réussite que partielle.
La charge maximum pour chaque avion était de 4 000 livres, ce qui représente 14 paras équipés et un equipement bundle.

39 appareils ont été fournis au bataillon soit 9 avions pour chacune des 4 compagnies et 3 avions pour la logistique du bataillon. 556 hommes étaient ainsi répartis en sticks de 14 hommes….

Le reste des renforts et du matériel devaient arriver par bateau 14 jours plus tard.

Plan du 2/509th :
La drop zone du bataillon se située à 2 miles aux nord de Tarafaoui. Après l'atterrissage à 1h00, la compagnie D devait attaquer La Senia en suivant la grande route et détruire les chasseurs ennemies sur le terrain d'aviation.
Une patrouille de la compagnie de commandement devait couper les communications entre La Senia et Lourmel.
Le reste du bataillon devait prendre et tenir le terrain d'aviation de Tarafoui jusqu'à l'arrivée des renforts.

D'après les renseignements et les cartes, la DZ n'était pas défendue. L'intelligence service indiqua que Tarafoui était apparemment défendue par 500 cadet de marine et aviation et par 2 batteries de DCA.
La Senia était aussi défendu par 2 batteries de DCA et était occupé par des troupes.

5 jours avant le Dday, le bataillon a été secrètement déplacé dans des zones protégées puis vers 2 aérodromes dans le sud de l'Angleterre. 19 C47 s'apprêtent à décoller de Land's End, et 20 de St Eval pour emporter 39 officiers et 492 EM. Tous les patchs et insignes qui pouvaient être identifiés furent enlevés. Des règles striques de sécurités furent imposées.

Le 7 novembre, un dernier inventaire des équipement eut lieu, 2 jours de ration K ont été distribué ainsi que l'équivalent à 1 jour en munitions.
Des équipements spéciaux ont été aussi mis à disposition comme les mae vest, les drapeaux us (6 x6 pouces) cousus sur la tenue de saut, les kits d'évasion, des sachets de sulfamides ainsi que des seringue de morphine.
Un para équipé pesait entre 230 et 250 pounds et tous était enregistré pour s'assurer que le chargement ne dépassait pas la charge limite des avions.
3 avions logistiques furent chargés avec du matériel médical, une journée de ration K et une journée en munition pour l'unité.

Les navigateurs ont seulement été assignés, 1 par squadron, pour l'opération et leurs capacités étaient inconnues. Des aides supplémentaires à la navigation furent organisées : les anglais disposèrent de repères de la mer tout au long du trajet qu'empruntaient les appareils. Des agents ont été aussi envoyés dans les environs de Tarafoui.

A 16h00 la totalité du bataillon fut chargé dans les avions et attendait le flash provenant de Gibraltar pour savoir quel plan les paras devaient suivre. Si le signal « Advance Alexis » n'était pas reçu à 16h30, le bataillon devait procéder au « peace plan ». Ce fut des instants de grandes tensions jusqu'au moment ou le signal reçut indiquait de procéder au « peace plan ». Un accueil chaleureux les attendait à La senia et à Tafaraoui !!


Le décollage commença à 21h30 et à 22h les avions étaient en formation de vol pour commencer le long trajet.
Peu de temps après le décollage, la formation volait dans un brouillard très dense et devait se séparer pour éviter les collisions.
Au sud de la cote espagnol, la formation subit des attaques de DCA mais sans d'importants dommages. Cependant les formation était totalement dispersé et le plus gros groupe n'était constitué que de 6 appareils. Après 8 heures de vol, les avions étaient en vue des côtes algériennes.`


La plupart savaient à peu près ou ils se trouvaient mais beaucoup ignoraient leur position exacte.
Au lueur du jour, les appareils étaient dispersé du Maroc espagnol à l'est de Oran.
Un avion dut se poser à Gibraltar à cause de problèmes de moteur. 3 appareils à sec de carburant durent se poser dans le Maroc espagnol et furent capturés. Un atterrit au sud est d'Oran, 2 atterrirent sur le terrain d'aviation de La Senia et furent fait prisonniers. Et les autres atterrirent sur la Sebkra d'Oran, un vaste lac de sel asséché.

Un message provenant du combat Command B fraichement débarqué annonça la prise de l’aérodrome de Tafaraoui et que l’aide des paras étaiet nécessaire pour garder plus de 500 prisonniers « Vichystes ». Colonels Raff et Yarborough décidèrent de siphoner tout le carburant restant dans les appareils de Sebkra et d’envoyer Company E à bord de 3 C 47. A peine ceux ci avaient ils décollé que 5 Dewoitine 520 Français firent leur apparition et mitraillèrent les C47 impuisants. 5 paras furent tués et 15 blessés. E company continua à pied et arriva le 9 novembre à Tafaraoui.

Camp Mackall est aujourd'hui encore un camp d'entrainement de l'US Army situé en Caroline du Nord, près d'un autre camp célèbre, Fort Bragg, "home historique" de la 82 Airborne. Ce camp s'appelait Camp Hoffman au début du second conflit mondial et le 8 février 1943, le General Order Number 6 lui attribua le nom de l’un des premier parachutiste américain tué en opération. il s'agit d'un jeune Private de 22 ans, John T Mackall qui appartenait au 2/503rd PIB. Il fut mortellement blessé sur la Sebkra d'Oran en novembre 1942 par les tirs d'un avion de chasse Dewoitine français.







gennaker a écrit:
Le 2/503 Parachute Infantry (renommé 2/509) effectue dans la nuit du 7 au 8 novembre 1942 le premier et plus long saut de combat d'une unité parachutiste Américaine. 39 C-47 du 60th Troop Carrier Group transportant 556 paras décollent à 21 heures 30 de Predannack airdrome près de Land's end en Angleterre pour un voyage de 1 600 milles jusqu'à la région d'Oran, en prélude à l'opération Torch, avec pour mission de s'emparer des aérodromes de Tafaraoui et la Senia... Les avions arrivent au petit matin, en ordre largement dispersé. Les pilotes qui naviguent sans aide à la navigation, n'ont jamais reçu le signal radio du navire anglais mouillé devant Oran et qui devait les orineter*. Les Français de Vichy défendent Tafaraoui et les avions à court de carburant se posent sur un vaste espace dénommé la Sebkra d'Oran dans l'arrière pays, à 10 bornes de la Senia. Seuls 6 avions, dont celui de Raff (CO du 509) larguent leurs troopers, les autres avions attérissent sur la Sebkra. Les troupes débarquées dans le même temps s'étant emparées de l'aérodrome, Lt Col. Edson Raff, CO du 2/503 décide d'envoyer des hommes pour sécuriser l'aérodrome. On récupère ce que l'on peut de carburants pour faire décoller 4 C-47 et 80 troopers se massent dans les avions. Les avions des Capt Gibson, Beck et du Lieutenant Titsworth décollent peu avant 16 heures le 8 novembre. A 5 milles de Tafaraoui, les C-47 qui volent en rase motte sont attaqués par 5 chasseurs Français Dewoitine 520. Les C 47 désarmés ont à peine le temps de sortir leurs trains et attérissent en catastrophe sous le feu des français. Le Lieutenant Dave Kunkle est décapité par un obus de 20 mm. Pvt Ira L. Brookins et Cpl Wilber C. Sprenkle sont tués. 15 autres troopers sont blessés, parmi lesquels le jeune Thomas Mackall qui mourra 4 jours plus tard à l'Hôpital Britannique de Gibraltar. Le Capitaine Doc Moir, médecin du 509 est touché à trois reprises. Malgré ses blessures, il est le premier à porter assistance aux blessés. Ce sont les premiers parachutistes tués au combat sur le ETO... et par des Français.

Capt. Joe Beck qui pilotait un des C-47 transportant les troopers du 2/509 raconte qu'en arrivant vers Tarafaoui lors du premier passage et avant que la flack Française ne le décourage d'attérir, il a été "escorté" par un chasseur Français qui a tiré des coups de semonce mais selon lui sans chercher à l'abattre. Joe a tiré une fusée de détresse et le chasseur l'a accompagné un moment avant de disparaitre... peut-ête ce Français, voyant qu'il avait à faire à des américains, a t'il eu des remords et a t'il préferré faire comme si....

*A propos du navire Britannique mouillé à 35 milles au large d'Oran, le Alynbank. Il devani envoyer un signal radio sur la fréquence VHF de 440 kc. les C-47 devait récupérer ce signal pour s'orienter. Mais le Alynbank a par erreur émis sur 460 kc, un signal que quelques avions ont reçu de manière inintelligible, d'où la grande confusion de l'arrivée des avions derrière Oran...
Revenir en haut Aller en bas
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org
 
Il y a 68 ans, Torch
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Feuilleton ; les 70 ans de TORCH, 1er saut de combat de l'US Airborne
» "OPÉRATION TORCH"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CARENTAN LIBERTY GROUP :: AIRBORNE STORIES :: Histoire Diverses-
Sauter vers: