CARENTAN LIBERTY GROUP

forum du Carentan Liberty Group
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bastogne ; the "Nuts" story

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gliderpilot50
Admin


Messages : 11693
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 22

MessageSujet: Bastogne ; the "Nuts" story   Ven 23 Nov - 18:12

gennaker a écrit:
Nous connaissons tous l'histoire du célèbre "Nuts" du Général Anthony Mc Auliffe au plénipotentiaire allemand venu réclamer la redition des paras de la 101ème encerclé dans Bastogne. Cette version est contestée sans esprit de polémique par un des acteurs de la scène, le Major Alvin Jones.

C'est son fils qui raconte cette version :
"Je ne cherche pas à changer l'histoire. je veux juste apporter quelques détails à l'histoire officiele telle qu'ele a été enregistrée.
Mon père était le major Alvin Jones, Plans and Operations officer pour le 327th Glider Infantry regiment, 101st Airborne. Quand les émissaires allemand sont arrivés sous protection du drapeau blanc, ils sont arrivés par la route d'Arlon qui était défendue par le 327th GIR. L'information est donc remontée au QG du 327th à Bastogne. Le CO, le Colonel Harper était en tournée d'inspection et c'est mon père, Major Jones qui a reçu le message de l'arrivée de ces plénipotentiaires. Jones a demandé des instructions au Colonel Ned Moore, du Headquarters de la 101ème. On lui dit de prendre le message et de l'apporter au QG. On ne connaissait alors pas la nature du message des émissaires allemands mais la rumeur enfla comme quoi les allemands voulaient se rendre aux américains; Jones est allé en jeep au CP de la Compagnie F:327 GIR où étaient détenus les deux officiers allemands. Ils avaient déjà les yeux bandés quand il arriva. Jones demanda aux allemands ; "Quel est votre problème?", et l'officier allemand qui parlait anglais lui tendit une enveloppe qui contenait deux feuilles, l'une en allemand, et l'autre en anglais. Jones a pris l'enveloppe et a dit aux allemands d'attendre là. Quand Jones est arrivé au QG de la division, la plupart de l'Etat major était présent. Jones s'adressa à McAuliffe et lui dit qu'il avait un message des allemands. McAuliffe demanda de quoi il s'agissait et Jones répondit que c'était un ultimatum et il donna les papiers au Colonel Moore qui parcourut la version en anglais. McAuliffe demanda à Moore de quoi il était question et Moore dit : "Ils veulent que vous vous rendiez." Mon père m'a souvent raconté l'histoire, à moi et à mes frères jusqu'à sa mort en 1998. Il disait qu'il était important que l'on sache la vraie version des événements tels qu'ils se sont déroulés. Il n'y avait plus que deux témoins de la scène, lui-même et Harry Kinnard..

Voici ce que dit mon père ; Quand Moore a annoncé à McAuliffe la demande de reddition des allemands; Mc Auliffe a explosé : "Ces putains de trou du cul peuvent aller en enfer!" ("Those f---ing assholes can go to hell!"). Chacun dans la salle était muet et comme pétrifié par la soudaine colère de McAuliffe et son usage de gros mots peu habituel chez lui. McAuliffe ne jurait jamais et restait toujours calme en toutes circonstances. Au bout d'un instant, il a respiré un grand coup et dit ; "Nuts", un mot qu'apparemment il utilisait beaucoup. Il a rigolé et dit "Nous avions plutôt l'impression d'être en train de leur botter le cul!". Tout le monde était d'accord. McAuliffe demanda à Moore de lire la proclamation à voix haute. Quand Moore arriva au passage où il était dit que ce serait la faute des américains si de nombreux civils étaient tués, McAuliffe s'est de nouveau énervé. Il a pris le papier des mains de Moore, l'a regardé et la laissé tomber au sol. Il a regardé Jones et lui a demandé ; "Qu'allez vous faire de ces allemands?"; Jones dit qu'ils étaient retenus au CP de F/327. McAuliffe remercia Jones et le congédia. Jones revint au CP du 327 et discuta avec les officiers allemands et le Colonel Harper. Les allemands disaient qu'ils avaient remis un document officiel et qu'il était dans leur droit d'obtenir une réponse officielle. Harper appela le QG de la division et leur relaya la demande des allemands. McAuliffe demanda à Harper de le rejoindre au QG. Il admit alors ne pas savoir quoi répondre. Harry Kinnard dit alors ; "La première réponse que vous avez faite me parait parfaitement adaptée." Tout le monde a rigolé mais McAuliffe a répondu qu'il ne pouvait pas décemment dire cela. , et c'est à ce moment que Kinnard a dit ; "Et que pensez vous de "Nuts".?" McAuliffe a tout de suite été d'accord, ainsi que tout son Etat Major. Il prit un morceau de papier et écrivit "Nuts". il demanda à Harper et Jones de donner sa réponse aux émissaires allemands..."


Quand ils arrivèrent au CP du 327 GIR, les allemands avaient toujours les yeux bandés. Harper dit : "J'ai la réponse du commandement américain. Il mit la note dans la main de l'allemand. et dit; "la réponse est ; "Nuts". L'allemand demanda si cela était positif ou négatif. Il lui dit que la réponse était strictement négative, et signifiait qu'ils pouvaient aller au diable.

Quant à la traduction littéral de "Nuts", mieux vaut ne pas trop chercher. "Nuts" s'emploie aujourd'hui pour dire des choses aussi différentes que "cinglé" ou... "coui...es".
Ceux qui ont connu Anthony Mc Auliffe affirme simplement qu'il ne jurait jamais, et disait rarement de gros mots. Il exprimait en revanche ses colères ou indignations par des mots comme "Damn", Dang", Darn"... ou Nuts", un peu comme on dirait chez nous "flûte", "Zut", "mince"....
Revenir en haut Aller en bas
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org
 
Bastogne ; the "Nuts" story
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bastogne ; the "Nuts" story
» The "NUTS!" story
» festivites de BASTOGNE 2012
» recherche poussette "cars" ou "toy story"
» Pre-order d'Avril 2011 / Story of a Fairy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CARENTAN LIBERTY GROUP :: AIRBORNE STORIES :: 101 ème Airborne :: 327 PIR-
Sauter vers: