CARENTAN LIBERTY GROUP

forum du Carentan Liberty Group
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Autre "anomalie" du 509th :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gliderpilot50
Admin


Messages : 11694
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 22

MessageSujet: Autre "anomalie" du 509th :    Dim 21 Oct - 21:11

gennaker a écrit:
Lorsque dès le 8 novembre 1942 au soir les objectifs de l'Opération Torch eurent été atteints tant en Algérie qu'au Maroc, l'Etat major allié lança la course contre la montre pour prendre Tunis Le General James Doolittle (oui! oui! l'homme de "trente secondes sur Tokyo!) ordonna à son 60th Troup carrier Group de remettre en état un maximum de C-47 Skytrain. Le Général Anderson de la british First army quant à lui demanda au Lt Col Edson Raff de regrouper à Alger tous les hommes du 2/509 disponibles pour un saut sur l'aéroport de Tebessa, à la frontière Tunisienne. Les troopers remirent en état leurs parachutes du mieux possible. 14 paras qui avaient attérri lors de l'opération du 7 novembre à Gibraltar retrouvèrent leurs camarades à Alger. C'est là que les français informèrent Raff qu'il se trouvait à 10 milles de Tebessa un aérodrome plus grand et plus facile et accessible car plus dégagé des montagnes, celui de Youks les bains. Raff disposait de 304 paratroopers et de 2O C-47. C'est à peu près tout en terme de préparation, car aucune info météo n'était disponible, ni aucune carte à peu près à jour, pas plus que d'infos sur les troupes, amies ou hostiles qui gardaient l'aérodrome. Captain Martin E. Wannamaker, en charge des C-47 du 60th TCG affirme qu'aucun opération aéroportée n'a jamais été aussi mal préparée. Les 20 C-47 décollèrent de Maison Blanche le 15 novembre à 6h30 du mat pour un vol de 300 milles à vue et aux instruments. A 9 heures 30, la flotte survolait l'aérodrome. Raff aperçut au loin deux chasseurs allemands qui tournoyaient sans s'approcher. Clairement visibles au sol, des emplacements de mitrailleurs et de 75mm tenus par les Français du 3ème zouave.... "The most successful jump I ever made" déclarait Raff qui s'était froissé quelques côtes une semaine plus tôt en sautant dans les montagnes de la Sebkra d'Oran. Les Zouaves du Colonel Albert Berges accueillirent les américains les bras ouverts et s'unirent à eux pour constituer, avec les tank Destroyers de B:701st TDB, la "Tunisian Task Force" contre les forces Italo-Allemandes de Tunisie. En signe d'amitié, les Zouaves offrirent aux troopers US le droit de porter leur insigne "J'y suis j'y reste", droit confirmé quelques mois plus tard par le général Giraud.
Mc LOS a écrit:
Les rois des opérations improvisées apparamment les gars du 509th...
gennaker a écrit:
Je continue sur ma lancée Five o'Nine ;

Aux côtés de Raff, Howland, Yardley, Alden, Huff...un autre homme exceptionnel, William Pelham Yarborough ;

William Pelham Yarborough est l'un des pionniers de l'élaboration des unités aéroportées dans l'armée US. Il sort de West Point en 1936 et est affecté en tant que second Lieutenant au 57th Infantry aux Philipines. Il rejoint dès 1940 la formation du premier bataillon aéroporté. Il devient vite l'un des cadres essentiels du programme. Il prend le commandement d'une compagnie, s'occupe de renseignements et essaie les équipements de saut. C'est à lui que l'on attribue la conception des bottes de saut (les fameuses Corcorans du nom de l'un des fabricants "historiques"), ainsi que le design du "parachute wing", le fameux badge des Airborne. Il contribua également à la définition du M42 Jump suit.

En juillet 1942, il rejoint en Angleterre le général Clark et participe à la planification de l'invasion de l'Afrique du Nord. A la tête du 509th PIB il quitte land's End au sud ouest de l'Angleterre pour rejoindre l'Algérie, le plus long vol de l'histoire pour une opération aéroportée. Il participe aux combats contre les forces de Vichy pour la prise de l'aéroport de Tafaroui. Une semaine plus tard, il saute de nouveau sur Youks les bains à la frontière Tunisienne. En mars 1943, Yarborough prit le commandement du 2nd Battalion 504 PIR en Afrique du Nord et le mena au combat lors du saut sur la Sicile en juillet de la même année. Il est en avant de la flotte de 144 C_47 qui reçoit le feu des défenses américaines à Gela.... Promu Colonel, il participa à l'opération Avalanche (Salerno) en tant que G-3 de la 5ème Armée. Il prépara à ce titre le saut de la 82 Airborne derrière les têtes de pont. Juste avant la chute de Naples, Yarborough se vit ce nouveau confier le commandement du 509th PIB. Il débarqua dans le secteur Anzio-Nettuno avec les rangers d Darby. Toujours sous son commandement, le 509th sauta en aout 1944 en Provence et libéra avec deux autre bataillons parachutistes indépendants (517 et 551st) les principales villes de la Côte d'Azur. Yarborough fut alors rappelé aux USA. il ne revint en Europe que pour prendre le commandement du 473rd Infantry Regimental Combat Team en janvier 1945 dans le secteur de Gènes.

Pour l'anecdote, il descend de la Maison York County House of Yarborough dont le fondateur, Eustacius de Yerburgh, a combattu à Hastings... en 1066.


Il est en juillet 1943 à la tête du 2/504 lors de l'assaut sur la Sicile. Après que les Alliés eurent solidement pris pied en Sicile, la 82nd Airborne fut chargée d'occuper la partie ouest de l'île. Débuta une marche forcée vers Trapani (les paras n'ayant pour seuls véhicules que leurs pieds, et tout ce qu'ils purent trouver...) sous le brûlant soleil Sicilien pour recevoir la reddition des forces Italiennes peu combattantes, les armées allemandes ayant choisi de se replier vers l'est et le détroit de Messina. Les troopers ne rencontrèrent ainsi que de symboliques résistances, les italiens tirant quelques coups de feu avant d'arborer très vite le drapeau blanc. A l'occasion de cette marche vers Trapani, Yarborough décide le 19 juillet d'aller de l'avant ; il monte à bord d'un Dodge 3/4 ton du Regiment Service company, en compagnie d'un chauffeur et d'un trooper d'origine italienne. Il roule en scrutant l'horizon à la recherche de nids de résistance ou de colonnes ennemis. Tout se pase bien jusqu'au moment ou le Dodge, au détour d'une route, tombe au beau milieu d'une compagnie d'italiens au repos au bord de la route. Trois mitrailleuses couvrent la route et à l'arrivée des trois américains, les fusils et les mitraillettes se braquent. Yarborough reste sur le siège passager et laisse l'officier italien approcher. Par l'entremise de son trooper-interprète, il explique à l'officier italien qu'il est venu demander sa reddition. L'italien s'insurge : "mon honneur m'interdit de me rendre avec plus de 100 hommes à seulement 3 soldats." Yarborough tente un coup de bluff ; "Toute la 82nd Airborne et ses 12 000 hommes sont derrière moi... " L'italien réfléchit et accepte finalement. Yarborough demande que toutes les armes et mitrailleuses soient chargées à l'arrière de son Dodge. Il sait qu'un platoon du 504 arrive. Commence alors l'attente. Au bout de deux heures, et ne voyant aucune division US arriver, les italiens deviennent nerveux. Yarborough et ses deux troopers se mettent à l'écart nonchalamment, sous l'oeil de plus en plus énervé des italiens qui sentent le coup fourré. Heureusement, des hommes de F/504 apparurent bientôt au détour du chemin et purent débarrasser Yarborough et gérer les prisonniers...
Goody a écrit:
Yarborough & Murry (4th Ranger)


Insigne du 3e Zouave


ça n'était pas Yarborough qui était à l'initiative du motif des "jump wings"?

Quel coup de bluff avec seulement 3 hommes, fallait oser. Merci de ce récit. Wink
Mc LOS a écrit:
Excellent l'annecdote, quel culot ! Very Happy
gennaker a écrit:
mais si Goody! j'en parle dans le texte, et ici aussi :

HOW THE PARACHUTE BADGE WAS DEVELOPED

By Lt. Gen. William P. Yarborough



Le "Parachutist qualification badge" n'a pas été développé pour identifier ou isoler les membres de cette unique organisation, mais pour signifier la qualification dans l'art du parachutisme militaire. Le logo qui identifiait le 501st Parachute Battalion était un aigle Ojibway sur un bouclier d'argent avec le motto "Geronimo".

J'ai dessiné l'insigne. Son histoire est enregistrée avec les élément héraldiques du DSCP au Pentagon. J'espérais que chaque unité aéroportée de l'US Army porterait un oiseau de feu Amerindien de design différent comme base de son insigne distinctif et au bout du compte, j'ai effectué d'importantes recherches pour dénicher une douzaine de designs d'oiseaux de feu très colorés, et tous parfaitement appropriés, pensai je, aux traditions de l'Héraldique Américaine.

En ce qui concerne l'insigne des "parachute wings", il est incorrecte de retenir que c'est le "Chief of Infantry" qui a suggéré un design sur fond bleu, similaire en apparence au badge des pilotes de l'Air Corps. L'exigence ferme de l'Armée, sur tout design d'un badge de parachutiste, était qu'il ne ressemble en aucune manière aux ailes des pilotes de l'Air Corps.

Le "Parachute qualification badge", tel qu'on le connait aujourd'hui, est né à l'initiative du Lt Colonel William Miley. En tant que commandant du 501st Parachute battalion, il m'a envoyé à Washington début 1941, me spécifiant de ne revenir à Benning qu'avec un badge de qualification dument approuvé entre les mains. Il avait déjà très claurement refusé quelques concepts proposés pat le Heraldy branch de G-1. Ils lui paraissaient sans imagination et à nos yeux rétrograde plutôt qu'agressif. L'une de ces propositions consistait en un parachute déployé autour duquel des ailes étaient enroulées en une attitude presque funéraire.

En arrivant au War Department, je me suis mis au travail pour produire un designqui satisfaairait les normes imposées par les bureaucrates. Après plus de 50 essais, j'ai sorti le dessin que vous connaissez à présent. Il me paraissait que l'idée des bouts des ailes soutenant le parachute supportait bien le concept et la symbolique des vols précédant tout largage de parachutistes. De plus, l'interdiction d'imiter les ailes déployées des Air Corps était ainsi respectée.

Je suis allé avec ce design dans tous les bureaux du war Department. J'ai fais le pied de grue dans chaque bureau en attendant que ma proposition reçoive les agréments nécessaires. Puis je suis allé proposer un contrat avec Bailey Banks and Biddle de Philadelphia. J'ai littéralement campé sur le pas de leur portejusqu'à ce que je reparte avec 350 sterling wings!
Je les ai rapporté triomphalement au Colonel Miley à Benning. Toutes ces wings portent la signature BB&B au dos, et sont des objets rares de collection....

Pensant que ces "wings" avaient vbesoin d'un peu de couleur, et qu'elles étaient peut -être un peu petites, j'aidessinné le premeir "oval". Pour le 501st PIB, ce "décor" était bleu infanterie, avec le rouge de l'artillerie par dessus de telle sorte à ne laisser qu'un contour bleu.


J'ai fait déposé ce modèle afin d'éviter toute exploitation frauduleuse, et d'en préserver la qualité. Je n'ai jamais gagné un centime de la vente de ces wings... Ce n'était pas mon objectif...."

Lt. Gen. William P. Yarborough U.S.A. (Ret.)
Mc LOS a écrit:
Heureux celui qui possède un des 350 exemplaires initiaux ... Shocked
Merci pour cet historique complet des jump wings Denis .
miguel 101st a écrit:
merci pour tout a bientot miguel
Revenir en haut Aller en bas
http://carentanlibertygroup.forumgratuit.org
 
Autre "anomalie" du 509th :
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» une autre poussette
» Anomalie morphologique
» [Anomalie notée] Trier moi mes petits enfants !
» autre fois impots
» Comment fait on pour avoir constament une photo ou autre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CARENTAN LIBERTY GROUP :: AIRBORNE STORIES :: Histoire Diverses-
Sauter vers: